Les défis à relever de la réforme (16ème UHFP)

Rédigé par . Publié le 31 janvier 2019. Mis à jour le 12 mars 2019.

Invité à s’exprimer sur la réforme de la formation lors de la séance plénière d’ouverture de la 16ème Université d’hiver de la formation professionnelle, Jean-François Foucard, secrétaire national emploi, formation professionnelle de la CFE-CGC a rappelé l’importance de l’accompagnement des actifs. « Le sujet des transitions professionnelles est aujourd’hui crucial. Tout le monde n’est pas en capacité d’être autonome. La mise en place d’une co-construction sera essentielle ».

Besoins disparates

Dans le domaine de l’apprentissage, libéralisé par la réforme, Marie-Florence Bulteau-Rambaud, présidente de la commission apprentissage de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur insiste sur la nécessité de développer l’orientation auprès du public scolaire, une mission stratégique confiée aux Régions par la réforme. Avec toutefois une difficulté, répondre « aux besoins de territoires très disparates ».

Consolider

Éric Chevée de la CPME se félicite, de son côté, de la réforme « qui met les entreprises et les apprentis au cœur du système et permet à de nouveaux acteurs de développer l’apprentissage dans certains secteurs comme l’industrie et dans les territoires . » Pour la CPME toutefois, la période de transition reste déterminante. « Il faut consolider ce qui existe et marche bien. Et les opérateurs de compétences sur lesquels repose le développement de la formation dans les TPE-PME devront très vite être opérationnel ».

Les ressources documentaires de la 16ème Université d’hiver de la formation professionnelle

Centre Inffo vous conseille également