signature_de_l_accord_pour_une_plateforme_commune_etat-regions-2.jpg

Accord État-Régions pour une meilleure coordination des politiques de l’emploi et de formation de chaque territoire

Manuel Valls a signé le 30 mars un accord avec Philippe Richert, président de l’Association des Régions de France. Objectif : mieux coordonner leurs actions en matière d’emploi et de formation, alors que la plan « 500 000 formations d’urgence pour les demandeurs d’emploi » se déploie parallèlement.

Rédigé par . Publié le 01 avril 2016. Mis à jour le 11 mars 2019.

« Notre pays fait face à deux grands défis : la lutte contre le terrorisme, et la croissance et l’emploi. Concernant ce dernier point, l’État et les Régions ont décidé d’unir davantage leurs forces par la signature d’une plateforme commune qui s’inscrit dans la continuité de la réforme territoriale. » Manuel Valls, Premier ministre, a présenté, le 30 mars à l’hôtel de Matignon, un nouveau partenariat État -Régions « pour mobiliser la France et ses territoires en faveur de l’emploi, de la formation, de l’apprentissage et du développement économique ». Ce nouvel engagement réciproque constitue une étape supplémentaire par rapport au plan d’urgence pour l’emploi, avec notamment le volet 500 000 formations supplémentaires pour les personnes en recherche d’emploi. « Nous franchissons aujourd’hui une nouvelle étape en disant quels engagements nous prenons ensemble, État et Régions, pour l’emploi », a indiqué Manuel Valls.

Le premier engagement, qui figure dans la plateforme commune signée le 30 mars par le gouvernement et l’Association des Régions de France (ARF), est que « le parcours des demandeurs d’emploi (formations, dispositifs d’accompagnement) soit mieux adapté aux réalités des territoires ». Pour cela, les Régions qui le souhaitent copiloteront avec l’État le service public régional de l’emploi, l’orientation des crédits nationaux de la formation professionnelle et le Fonds social européen (FSE) sur le périmètre précis des délégations de compétences. Le deuxième est de « faire le maximum pour la formation des jeunes en développant les formations professionnelles initiales », a poursuivi le Premier ministre. Dans cette perspective, les deux partenaires proposent d’ouvrir 85 titres professionnels à l’apprentissage d’ici à juin 2016, d’élargir l’accès à cette filière au-delà de 25 ans, de mettre en œuvre des parcours mixtes renforcés avec l’enseignement professionnel et de soutenir le développement des campus des métiers et des qualifications dans les territoires. Le troisième consiste à « affirmer le rôle essentiel des Régions, à l’échelle locale, pour le développement économique et le soutien ciblé aux PME et ETI [ 1 ]Entreprises de taille intermédiaire. ». À ce titre, l’État et les Régions veilleront à ce que tous les leviers publics de soutien aux entreprises (la BPI [ 2 ]Banque publique d’investissement., l’AFE [ 3 ]Agence France entrepreneur.,…) soient bien en phase avec les stratégies et les orientations régionales. « Ce partenariat doit se poursuivre et un nouveau rendez-vous avec les Régions est prévu avant l’été pour habituer l’État et ses services déconcentrés à un vrai changement de culture », a annoncé Manuel Valls.

Pour Philippe Richert, président de l’ARF, « notre pays reste centralisé car c’est l’État qui décide y compris pour les collectivités territoriales ». « Aujourd’hui, nous sommes satisfaits car il est important de travailler autrement sur des sujets communs, tels que la formation et l’emploi au cœur de nos compétences et de nos priorités », a-t-il ajouté. Au sujet de certaines Régions qui refusent le plan d’urgence pour l’emploi, comme Auvergne-Rhône-Alpes, Philippe Richert commente : « Les Régions ont des réalités différentes et on ne peut convaincre tout le monde. Cependant, nous sommes très largement en phase par rapport aux orientations du gouvernement et tout l’enjeu est d’être en capacité de les traduire en actes. » « Le dialogue aura lieu avec chaque président de Région sur les particularités et les attentes d’autant plus que nous sommes sur une période de cinq à six ans », a fait valoir le Premier ministre. Il a par ailleurs annoncé une prochaine réunion avec ces collectivités en juin prochain « pour préparer le projet de loi de finances pour 2017 » avec pour principe de leur redonner davantage d’autonomie fiscale, et « réaliser un bilan du volet 500 000 formations supplémentaires ». « Chacun doit participer à cet effort en matière d’emploi et de formation, car c’est là où les Français nous attendent », a conclu Manuel Valls.

Consulter le texte de la Plateforme commune Etat-Régions : Ensemble pour l’emploi

Notes   [ + ]

1. Entreprises de taille intermédiaire.
2. Banque publique d’investissement.
3. Agence France entrepreneur.

Centre Inffo vous conseille également