9fe3a161495bae53252801500cb24adb.jpg

COP21 : le réseau des Gréta de l’académie de Lyon sort l’atout formation

La Cop21 est aussi l’occasion de le rappeler : la formation professionnelle continue est au centre des problématiques environnementales. Exemple avec le réseau des Gréta (Groupement d’établissements de l’Éducation nationale) de l’académie de Lyon, pleinement investi dans la transition énergétique. Avec une conviction à la clé : “L’avenir du bâtiment passe par la formation.”

Rédigé par . Publié le 03 décembre 2015. Mis à jour le 11 mars 2019.

À l’instar de l’Afpa qui revendique depuis des années le “verdissement” de son offre de formation, les Gréta affichent également la volonté de proposer “des formations plus en accord avec les enjeux environnementaux”. Parce qu’un tel défi ne peut réussir sans l’implication des professionnels des secteurs concernés, le réseau des Gréta de l’académie de Lyon[ 1 ]Rhône, Ain et Loire. est engagé dans de nombreux partenariats.

“Nous élaborons ensemble un catalogue de formations diffusé à l’ensemble des TPE de notre réseau”, explique ainsi Hervé Terrasse, secrétaire général adjoint en charge de l’emploi et de la formation à la Capeb[ 2 ]Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment. Rhône-Alpes.

Parmi les derniers projets, le représentant du bâtiment évoque l’élaboration d’un “plan TPE avec l’aide des plateformes Praxibat des Gréta”. À l’origine du projet, un constat : les efforts de sensibilisation des professionnels du bâtiment aux enjeux du développement durable par la formation “manquaient de mise en pratique”.

Inspecteur de l’Éducation nationale et formateur Praxibat, François Ferey explique : “Praxibat est un dispositif créé spécialement pour former les élèves, les enseignants et les professionnels du bâtiment aux gestes de la performance énergétique.” Sur le territoire de l’académie de Lyon, ce sont quatre plateformes Praxibat qui seront déployées dès janvier 2016[ 3 ]Deux l’ont déjà été, une à Saint-Étienne (42) et l’autre à Thizy (69)..

Au-delà de l’apport théorique et de l’apprentissage du geste pratique, ces plateformes présentent selon lui l’avantage de répondre à une problématique bien connue du secteur : “Dans les métiers du bâtiment, les professionnels sont amenés à intervenir sur chaque corps de métier et ces formations permettent de briser le cloisonnement qui peut exister entre certains métiers.” Ce faisant, “elles participent à une meilleure coordination des corps de métier et, ainsi, à la construction de projets pérennes”.

Quand le bâtiment va… la formation est passée par là

À noter également que sur le plan économique, Praxibat permet de “développer la sensibilité des professionnels à la rénovation énergétique”, laquelle “représente le marché potentiellement le plus porteur dans le BTP”.

Hervé Terrasse le souligne : “Les artisans sont prêts à investir dans des formations qui leur donnent les moyens de faire face à la concurrence, de pérenniser leur activité et de garder leur autonomie.”

Très concrètement, une formation Praxibat permet par exemple d’accéder au label Reconnu Garant de l’Environnement (RGE), lequel permet l’octroi d’“avantages financiers aux clients”, ajoute Agnès Duval, coordinatrice Pôle Isère-Ardèche-Drôme-Loire de l’Ademe[ 4 ]Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie. Rhône-Alpes. Et parce que les réponses aux enjeux environnementaux sont en constante évolution, elle se montre convaincue de la nécessité de la formation continue : “On va vers des générations qui vont changer de métiers tout au long de leur vie. Cette dimension fait forcément évoluer les compétences et donc le besoin en formation.”

En témoigne le projet Territoires à énergie positive (Tepos), dont l’un des axes de développement prioritaire est justement “la montée en compétences des professionnels du bâtiment”. Là encore, les Gréta interviennent, comme dans le cadre du projet Tepos initié par la métropole de Saint-Étienne et le Parc naturel régional du Pilat, pour lequel “un partenariat entre l’Ademe Rhône-Alpes et le Gréta For.Se a permis d’organiser des formations spéciales dans des lieux dédiés”. Preuve que les besoins ne sont pas près de se tarir, le réseau des Gréta souligne également la participation de ses conseillers en formation continue à deux groupes de travail (“Sensibilisation de la jeunesse” et “Montée en compétences des acteurs”) du Plan Bâtiment durable Rhône-Alpes, sixième déclinaison régionale du plan national initié par le gouvernement.

Enfin, alors que le défi environnemental est parfois abordé sous le seul angle de la contrainte, il est aussi et surtout une formidable opportunité de développement. En témoignent les nombreux exemples de reconversion professionnelle vers des métiers dits “écoresponsables”.

À cet égard, les responsables de la plateforme Génération Energie Renouvelable (G.En.R., créée en 2007 par le Gréta de Roanne), l’assurent : “Toutes les personnes ayant suivi des formations longues sont aujourd’hui en emploi, voire ont créé leur entreprise.”

Notes   [ + ]

1. Rhône, Ain et Loire.
2. Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment.
3. Deux l’ont déjà été, une à Saint-Étienne (42) et l’autre à Thizy (69).
4. Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie.

Centre Inffo vous conseille également