Lors des 5èmes rencontres nationales du réseau Euroguidance qui se sont tenues les 17 et 18 octobre à Sèvres (Hauts-de-Seine).

De l’objectivation à l’évaluation des compétences transversales (Rencontres Euroguidance)

« Objectiver, graduer et évaluer les compétences transversales en contexte professionnel », tel est l’objectif du comité opérationnel n°~4 assumé par la coordination française de l’Agenda européen pour l’éducation et la formation des adultes (AEFA). Mariella de Ferrari, consultante experte du cabinet CO Alternatives est revenue sur les avancées du projet lors des 5èmes rencontres nationales du réseau Euroguidance qui se sont tenues les 17 et 18 octobre à Sèvres.

Rédigé par . Publié le 19 octobre 2016. Mis à jour le 11 mars 2019.

Issu de la résolution du Conseil de l’Union européenne du 28 novembre 2011, l’AEFA s’inscrit dans le contexte d’une Europe qui recense pas moins de 73 millions d’adultes peu qualifiés sur fonds de crise économique et de vieillissement de la population.

Initié en 2013, le travail sur les compétences transversales a conduit le comité à proposer un référentiel de 12 compétences professionnelles transversales et des critères d’évaluation selon les publics et les enjeux de l’orientation.

Reprenant la définition de Jacques Tardif, Mariella de Ferrari présente la compétence comme « un savoir-agir prenant appui sur la mobilisation et la combinaison efficaces d’une variété de ressources internes et externes à l’intérieur d’une situation dans un contexte donné ». La transversalité renvoie, elle, à une « capacité de mobilisation dans diverses situations professionnelles » et dans cinq dimensions (organisation, adaptabilité et autonomie, sociabilité, communication, prise d’initiative et participation).

Les 12 compétences professionnelles transversales identifiées ont été regroupées en trois pôles (réflexif, organisationnel et communicationnel) et associées à des « critères à considérer pour les logiques de progression ». À noter que chacune de ces compétences est reliée à l’une des sept compétences du socle de connaissances et de compétences professionnelles (CléA).

Encourager la progression

Chacune des 12 compétences est graduée en 4 paliers d’acquisition, ceci afin d’encourager « la recherche des acquis, aussi embryonnaires soient-ils ». À titre d’exemple, « Construire son projet professionnel », première compétence transversale du pôle réflexif, est détaillée en quatre « descripteurs de compétences » qui sont chacun précisés par des indicateurs et exemples illustrant la mobilisation des compétences.

Ainsi, le descripteur« Définit un projet réaliste et réalisable» s’objective par la vérification de la capacité à « présenter de façon claire et argumentée son projet auprès [des acteurs] chargés de valider son projet ».

Évaluer pour agir

Enfin, l’enjeu de reconnaissance des compétences transversales suppose de poser un cadre d’évaluation à même de répondre aux trois principales « finalités » de l’identification : « orientation et construction de projet professionnel ; formation/développement des compétences ciblées ; reconnaissance des compétences/mobilité professionnelle (subie ou choisie) ».

Selon les expériences analysées dans le cadre de l’Aefa, trois types d’évaluation semblent dégager un consensus : « l’autoévaluation à visée réflexive ; la co-évaluation à visée formative ; l’évaluation externe, à visée d’orientation et de confrontation avec la co-évaluation, à visée certificative permettant la reconnaissance sociale des compétences évaluées ».

Centre Inffo vous conseille également