credit_l._p.jpg

Éduquer pour doper l’entrepreneuriat féminin

Fruit de la commission des droits de la femme et de l’égalité des genres du Parlement européen, une proposition de résolution sur les facteurs externes faisant obstacle à l’entrepreneuriat féminin européen insiste sur le rôle de l’éducation et de la formation.

Rédigé par . Publié le 11 janvier 2016. Mis à jour le 11 mars 2019.

Pourquoi s’intéresser à l’entrepreneuriat féminin ? La réponse tient dans l’exposé des motifs. D’une part, “si l’entrepreneuriat est une priorité politique depuis le lancement du traité de Lisbonne, l’Union européenne reste encore à la traîne, avec un taux d’activité entrepreneuriale de 12 % dans l’UE, contre 27 % en Chine et 21 % aux États-Unis [ 1 ]Données 2009.. D’autre part, “on observe toujours des différences entre les femmes et les hommes dans les carrières d’entrepreneur ; sur l’ensemble des indépendants recensés dans l’UE en 2012, 31 % à peine étaient des femmes.”

Sur cinq thématiques abordées par le projet de résolution, une est entièrement consacrée à l’éducation et à la formation à l’entrepreneuriat. En l’espèce, il s’agit premièrement d’“[encourager] les États membres à promouvoir une culture entrepreneuriale dans le cadre des études et de la formation ; de [souligner] l’importance de la formation à tous les niveaux, formelle et informelle, y compris de la formation continue, pour favoriser l’esprit d’entreprise et la création de nouvelles entreprises, notamment dans le domaine des TIC et en particulier dans les domaines de formation les plus prisés des jeunes filles, comme les soins de santé et autres services”. D’où l’invitation faite à la Commission et aux États membres de “prévoir des mesures incitatives visant à garantir une représentation plus équilibrée entre hommes et femmes dans le domaine entrepreneurial, et à favoriser cet équilibre en informant mieux les femmes des avantages d’une formation à l’entrepreneuriat.” Ceci impacte les processus d’orientation, avec l’invitation faite aux écoles et aux Universités d’ “encourager les jeunes filles et les femmes à opter pour des matières débouchant sur une carrière dans les secteurs scientifiques, technologiques ou financiers rentables et à forte croissance, tels que les nouvelles technologies, y compris la technologie verte, les environnements numériques et les TIC.”

L’entrepreneuriat pour tous

Parce que les femmes sont souvent moins préparées à l’entrepreneuriat que les hommes pour des raisons culturelles, la résolution appelle aussi “l’Union européenne à investir dans des programmes de formation continue des travailleuses et des femmes entrepreneurs, en garantissant la mise à jour continue de leurs compétences et la qualité de leur évolution professionnelle, en particulier dans le secteur commercial”. Plus concrètement, la résolution recommande de “faciliter l’accès des femmes à l’entrepreneuriat, par exemple au moyen de subventions et de formations de base sur les aspects juridiques de la création et de la gestion d’une entreprise, notamment sur la réglementation régissant la création d’entreprise, la propriété intellectuelle et la protection des données, les règles en matière de fiscalité, le commerce électronique, l’accès aux subventions publiques, ainsi qu’au moyen de formations sur les nouvelles TIC, l’utilisation des réseaux sociaux, le commerce en ligne, ou encore le réseautage.”

Enfin, le projet de résolution appelle à lever les freins psychologiques engendrés par des stéréotypes de genre que les femmes elles-mêmes ont fini par intégrer. Avec pour conséquence “qu’elles ont tendance à mentionner plus fréquemment que les hommes un manque de compétences entrepreneuriales, de confiance en soi, de fermeté et de prise de risque en créant une entreprise.” D’où, l’appel à “destiner aux femmes entrepreneurs des programmes de motivation et de soutien psychologique qui les aident à renforcer leur confiance en elles.”

La présentation du rapport est inscrite à l’ordre du jour du 18 janvier 2016.

  • Accéder à la proposition de résolution du Parlement européen sur les facteurs externes faisant obstacle à l’entrepreneuriat féminin européen (6 janvier 2015) : www.europarl.europa.eu/

Notes   [ + ]

1. Données 2009.

Centre Inffo vous conseille également