big_bang_de_l_apprentissage_2.jpg

Embellie de l’apprentissage au terme de la campagne de recrutement 2015-2016

« Après plusieurs années où nous avions moins de jeunes en apprentissage, sur les sept premiers mois de la campagne, nous avons une hausse de 4,2~% par rapport à 2014 », a annoncé Myriam El Khomri, ministre du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social le 5 février lors du salon « Big bang de l’apprentissage », à Paris.

Rédigé par . Publié le 08 février 2016. Mis à jour le 11 mars 2019.

« C’est bien, mais pas encore suffisant », a-t-elle ajouté. Elle a également donné l’état des lieux dans la fonction publique. Alors que les objectifs fixés pour 2015 étaient de 4 000 apprentis (contre 700 l’année dernière) les effectifs de la fonction publique de l’État en comptent aujourd’hui 4 500.

La ministre avait commencé la journée saluant les acteurs « incontournables » de l’emploi et les apprentis réunis pour ce « Big bang de l’apprentissage », un salon présenté par son organisateur comme étant « en rupture avec les modèles traditionnels », en rappelant les avantages de cette « belle voie » et appelé de ses vœux qu’une « révolution culturelle » vienne lui rendre «ses lettres de noblesse ».

Une arme de construction massive

La ministre a rappelé le caractère « gagnant-gagnant » du dispositif puisque 70% des jeunes formés par apprentissage sont en emploi six mois après la fin de leurs études, ce qui n’est pas le cas de bon nombre d’autres formations initiales. « L’apprentissage est une arme de construction massive et aussi une arme de destruction massive par rapport au chômage », a-t-elle illustré, ajoutant que les apprentis de l’artisanat et du petit commerce d’aujourd’hui pouvaient être les chefs d’entreprise de demain. Outre l’avantage que représente l’apprentissage pour les entreprises en leur fournissant des compétences adaptées à leurs besoins, Myriam El Khomri a pointé qu’il permettait aussi la transmission des savoir-faire et des gestes professionnels.

Pour valoriser cette voie, Myriam El Khomri a rappelé les mesures gouvernementales : prise en compte de la période d’apprentissage dans le calcul de la retraite ; accès à la prime d’activité qui concerne 1 million de jeunes, dont les apprentis (lire) ; le portail de l’apprentissage qui affiche plus de 2 000 offres de postes en entreprises et qui sera ouvert, dans quelques mois aux demandes des apprentis et aux offres de formation. Elle a également mentionné le plan « réussite apprentissage » qui ambitionne d’accompagner plus de 10 000 jeunes des quartiers (qui ne représentent que 5% des apprentis (lire).

Lever les freins à l’apprentissage

Parmi les choses à faire pour favoriser l’accès à l’apprentissage, il est nécessaire de diversifier l’offre de formation. La ministre a rappelé qu’elle souhaitait l’ouverture des titres du ministère du Travail à l’apprentissage pour répondre aux besoins de certaines branches professionnelles et permettre une entrée en formation des jeunes tout au long de l’année et pas seulement à la rentrée scolaire.

Centre Inffo vous conseille également