credit_rawpixel_1.jpg

La Bretagne définit son premier niveau d’accueil personnalisé et individualisé dans le cadre du service public régional d’orientation

Rédigé par . Publié le 21 avril 2015. Mis à jour le 11 mars 2019.

Le Conseil régional de Bretagne a approuvé en session plénière le cadre commun, à toutes les structures d’accueil sur le territoire, précisant les modalités de mise en œuvre du Service public régional de l’orientation (SPRO).

Nous avons présenté le 10 avril le cadre de référence du SPRO ainsi que son annexe, à savoir le cahier des charges du service Accueil personnalisé et individualisé (API) qui intègre les caractéristiques du premier niveau de service du conseil en évolution professionnelle (CEP)”, nous indique Georgette Bréard, vice-présidente en charge de la formation tout au long de la vie et de l’apprentissage.

Un accueil qui s’articule avec la VAE, l’orientation scolaire et le CEP

Cet API, précise le cahier des charges, “va au-delà d’une seule plateforme d’aiguillage”. “Il s’agit d’un service permettant de recueillir la demande de l’usager et de l’analyser afin de lui fournir les premiers éléments d’information pertinents, repérer avec lui les démarches complémentaires nécessaires, les ressources et les autres services à solliciter dans sa situation et établir une relation de confiance avec lui, sécurisant la poursuite de ses démarches et de son projet”.

L’accueil s’articule avec les autres offres de services spécifiques, telles que définies dans le cadre de référence du SPRO : le conseil en validation des acquis de l’expérience (VAE), le conseil en orientation scolaire et professionnelle ou le CEP. “Le cadre de référence reprend les travaux réalisés au plan national par le groupe de travail interministériel et l’Association des Régions de France (ARF). Il est adapté à notre région suite à un travail de réflexion mené par quatre groupes de travail en Bretagne autour des attentes des usagers, des ressources (en lien avec le Cnefop [ 1 ]Conseil national de l’emploi, de la formation et de l’orientation professionnelles.), de la professionnalisation des acteurs, et de l’offre de service”, expose Georgette Bréard.

Une démarche collaborative

J’ai en effet rappelé, lors de la présentation du cadre de référence et de son annexe, que la mise en réseau des acteurs n’est pas suffisante. Certes, elle permet aux structures de mieux travailler ensemble mais du point de vue des usagers, elle n’est pas très lisible et le niveau de service n’est pas forcément au rendez-vous.” L’élaboration d’un contenu de service et d’une démarche collaborative de mise en réseau a donc été menée par “les cinq opérateurs historiques de la Région, le Fongecif, les Centres d’information et d’orientation (CIO), l’Association régionale des Missions locales (ARML), le Centre régional information jeunesse (Crij), Pôle emploi, auxquels s’ajoutent les acteurs désignés par la loi du 5 mars, l’Apec [ 2 ]Association pour l’emploi des cadres. et le réseau des Cap emploi (Cheops), et ceux désignés par la Région, les Services universitaires d’information, d’orientation et d’insertion professionnelle (SUIO-IP) et le réseau des Points accueil emploi (PAE) des Structures de proximité emploi-formation (SPEF) de Bretagne”, précise Georgette Bréard.

Les chambres consulaires participent au 2ème niveau de service

Les structures relevant de ces neuf têtes de réseaux ont vocation à s’inscrire comme actrices du SPRO dès lors qu’elles s’engagent à délivrer l’API dans le respect du cahier des charges associé. “Nous allons maintenant organiser la signature de conventions entre la Région, le recteur, le préfet de région, et les neuf têtes de réseaux, pour finaliser l’ensemble de ce service”, annonce Georgette Bréard. Par ailleurs, les chambres consulaires vont participer, comme le prévoit la loi du 5 mars 2014 sans préciser leur mission, au SPRO.

Au terme d’échanges avec les représentants régionaux des chambres de commerce et d’industrie (CCI), des chambres de métiers et de l’artisanat (CMA) et des chambres d’agriculture, un axe prioritaire a été identifié sur le conseil en entrepreneuriat, la création et la reprise d’entreprise, ce qui correspond au deuxième niveau de service”, ajoute l’élue régionale.

Notes   [ + ]

1. Conseil national de l’emploi, de la formation et de l’orientation professionnelles.
2. Association pour l’emploi des cadres.

Centre Inffo vous conseille également