aide_a_la_personne_slider.jpg

La Fondation Infa invite le futur gouvernement à faire de l’alternance une voie prioritaire d’accès à l’emploi

« Nous voulons profiter de la présidentielle pour interpeller les futurs décideurs. Aujourd’hui, nous sommes en face d’une mosaïque de procédures et d’intervenants de telle sorte que nous perdons la ligne directrice de la formation professionnelle ». Christian Laine, président de la Fondation Infa [ 1 ]Institut national de formation et d’application., a présenté, le 12 avril, les propositions de la Fondation à destination des onze candidats à l’élection présidentielle.

Rédigé par . Publié le 19 avril 2017. Mis à jour le 11 mars 2019.

Il a tout d’abord rappelé que « l’alternance figure parmi les parcours professionnels les plus performants, notamment pour les personnes les plus éloignées de l’emploi ». La Fondation Infa, dont la pédagogie repose sur l’alternance, forme aujourd’hui environ 1 000 apprentis et plus de 1 500 personnes en contrat de professionnalisation par an.

La première proposition est de « faire de l’alternance une voie prioritaire d’accès à l’emploi des demandeurs d’emploi et plus particulièrement pour ceux qui sont peu ou pas qualifiés ». « Nous constatons que les métiers évoluent plus vite que les certifications préparées. De plus, si la formation ne se fait pas au sein de l’entreprise, il existe un risque de déconnexion par rapport à la réalité des métiers », a commenté Alain Langlacé, directeur général de la Fondation Infa, La deuxième proposition consiste à « cibler une partie des contrats aidés vers l’alternance », c’est-à-dire réorienter les financements vers les contrats en alternance.

Contrat parcours pour les moins qualifiés

Une autre proposition est « d’expérimenter, pour les secteurs économiques en tension et au niveau du territoire, l’idée d’un contrat parcours pour les personnes les moins qualifiées afin de les préparer à l’entrée dans un emploi durable ». Ce contrat prévoit deux phases, une phase axée sur l’apprentissage des fondamentaux (savoir-être…) pour intégrer le métier et l’entreprise, avec un accompagnement social renforcé pour lever les freins à l’emploi, et une phase de formation métier via un contrat en alternance.

Il s’agit également de revoir, pour la Fondation, les financements accordés aux entreprises de manière à promouvoir l’embauche d’alternants dans les métiers en tension. Enfin, la Fondation Infa prône la mise en place d’un accompagnement pour le maître d’apprentissage et un renforcement de l’accompagnement de l’alternant (depuis sa recherche d’entreprise jusqu’à la sortie de contrat, puis dès son insertion dans un emploi durable).

Notes   [ + ]

1. Institut national de formation et d’application.

Centre Inffo vous conseille également