Les lauréats, Xavier Dullin (au centre), Gaston Paravy (à droite)

La Mife Savoie célèbre ses trophées de l’évolution professionnelle

Rédigé par . Publié le 11 décembre 2014. Mis à jour le 11 mars 2019.

Pour sa deuxième édition du trophée de l’évolution professionnelle, la Maison de l’information sur la formation et l’emploi de Savoie a choisi de distinguer deux coups de cœur[ 1 ]Voir Inffo formation n° 869, téléchargeable sur ce site à partir du 19 décembre prochain. et une quinzaine de parcours répartis en trois catégories : persévérance, volonté, courage. L’occasion d’honorer les lauréats, mais aussi de positionner les Mife dans le nouveau paysage de l’orientation tout au long de la vie.

De la persévérance, il en faut pour réussir ; de la volonté, il en faut pour se montrer ferme dans la décision et constant dans l’exécution ; du courage, il en faut pour entreprendre. Trois qualités individuelles qui n’en peuvent pas moins être éveillées par un processus d’accompagnement. Pour les Maisons de l’information sur la formation et l’emploi, cela passe par la guidance professionnelle personnalisée, méthodologie d’intervention rappelée en introduction de la cérémonie, le 3 décembre dernier à Chambéry, par Gaston Paravy[Voir [notre portrait.]], président d’Intermife Rhône-Alpes et de la Mife Savoie. Et promouvoir ces vertus singulières alors que se profile le lancement du conseil en évolution professionnelle, c’est peut-être aussi une habile manière de rappeler aux financeurs que « la consécration de “l’individu acteur” n’exclut pas l’existence d’une “relation d’aide”, où une “personne-ressource” accompagne une “personne-projet” dans un processus d’“auto-orientation accompagnée” » (voir notre article).

Pour Xavier Dullin, conseiller régional UMP élu cette année président de Chambéry Métropole, il y a là l’occasion de mettre en valeur ce que sont les parcours de vie professionnelle. À l’écouter et a contrario des parcours personnels dont on admet sans effort les ruptures, les parcours professionnels restent trop souvent appréhendés sous l’angle d’une linéarité fantasmée : « dans le monde dans lequel nous évoluons, bien évidemment qu’un parcours de vie professionnelle connaît des étapes, des repositionnements, des changements de cap et des rebonds, c’est tout à fait normal et logique », assurait-il. Et d’insister : « il est important qu’en notre responsabilité d’élus, nous aidions à mettre en place les dispositifs d’accompagnement et de guidance, qui font, qu’à un moment donné, en tutorat, on puisse effectivement aider chacun et chacune à ce que son parcours de promotion sociale et professionnelle puisse se dérouler sur une vie ».

Alors que les Mife, aujourd’hui présentes dans six régions[ 2 ]Basse-Normandie, Bourgogne, France-Comté, Île-de-France, Pays de la Loire et Rhône-Alpes., ne peuvent prétendre à une labellisation nationale, c’est bien l’élu régional lui-même qui venait redonner espoir à un réseau qui demeure dans l’attente s’agissant de la future mise en œuvre du conseil en évolution professionnelle. « Il faut ajuster les grands systèmes d’accompagnement des parcours d’insertion et de formation professionnelle tout au long de la vie pour faire, en proximité, du sur-mesure, de la relation individuelle, du personnel et du fil de l’eau », terme qui n’est pas toujours bien compris des marchés publics, reconnaissait-il. Et de conclure : « si les Mife présentent un intérêt, c’est bien d’être au contact de celles et ceux qui ont besoin de cette guidance et d’un accompagnement pour le meilleur d’un positionnement nouveau. Ce sont des militants de la cause de l’accompagnement et de l’insertion, cela vaut le coup de s’engager ! »

Notes   [ + ]

1. Voir Inffo formation n° 869, téléchargeable sur ce site à partir du 19 décembre prochain.
2. Basse-Normandie, Bourgogne, France-Comté, Île-de-France, Pays de la Loire et Rhône-Alpes.

Centre Inffo vous conseille également