catherine_veyssy.jpg

La Nouvelle-Aquitaine a accru de 50 % son offre de formation en direction des demandeurs d’emploi

En 2016, la Région Nouvelle-Aquitaine a augmenté de 50~% son offre de formation en direction des demandeurs d’emploi avec 70 129 bénéficiaires de stages. Et ce grâce notamment au plan 500~000 formations, dont le dispositif devrait être optimisé en 2017.

Rédigé par . Publié le 07 décembre 2016. Mis à jour le 11 mars 2019.

Dans le cadre de ce plan, la Région et Pôle emploi se sont engagés à former 26 777 personnes, soit 17 770 pour la collectivité territoriale et 9 000 pour l’opérateur public, d’ici fin décembre. Un objectif atteint, souligne Catherine Veyssy, vice-présidente de la Région Nouvelle-Aquitaine en charge de la formation professionnelle.

« Selon les dernières données, nous avons formé 19 088 demandeurs d’emploi, ce qui signifie que nous sommes arrivés à 107 % de notre objectif. Au début du mois de novembre, Pôle emploi avait réalisé 94 % du sien, nous étions alors à 77 % mais nous n’avions débuté qu’en septembre. Car nous dispensons principalement des formations collectives ce qui suppose de passer des appels d’offres et de respecter une procédure un peu plus longue et qui diffère les entrées en formation », souligne-t-elle.

Trois catégories d’actions

Les places supplémentaires créées dans le cadre du plan 500 000 formations se sont intégrées au programme régional pour les demandeurs d’emploi qui se décline autour de trois offres. Premièrement, les modules qui répondent aux besoins individuels en termes de savoir de base ou de maîtrise des gestes professionnels. Il s’agit, d’une part, des cursus « première marche vers la qualification ». 3 168 bénéficiaires ont découvert par ce biais des métiers via une plateforme d’orientation ou ont recherché des contrats d’alternance. D’autre part, il y a eu 3 117 actions de « retour à l’emploi», soit des cursus de remobilisation pour les publics les plus éloignés du monde du travail.

La deuxième famille de cursus inscrite au dans le plan 500 000? Les actions de « qualifications pour l’emploi». « C’est la famille la plus nombreuse avec 8 277 bénéficiaires, ces modules visant à répondre à un besoin de l’économie régionale dans des secteurs traditionnels ou émergents comme le numérique. Nous avons formé par exemple des conducteurs d’équipements industriels, des techniciens agricoles ou des développeurs-intégrateurs. Un millier de ces cursus concernaient le numérique avec des niveaux de qualification très différents pour, par exemple, installer la fibre optique avec l’implantation du haut débit dans la circonscription», poursuit Catherine Veyssy.

Enfin, les actions « qualifications entreprises », des préparations opérationnelles à l’emploi collective qui visent à garantir un accès très rapide à un contrat de travail, en répondant à un besoin des entreprises. La Région a dispensé en lien avec les Opca 4 526 prestations pour passer par exemple une habilitation électrique ou un permis pour conduire des chariots élévateurs. « Près de 3 000 actions dans ce cadre ont concerné des salariés des structures de l’insertion par l’activité économique», souligne Catherine Veyssy.

Un numéro vert et un site dédié

« Nous n’avons pas encore budgétisé ni évalué le nombre de formations que nous proposerons en 2017, mais nous serons prêts si le plan se poursuit. Depuis le 15 octobre nous avons mis en place un numéro vert pour les demandeurs d’emploi, car on s’est aperçu que l’information n’arrive pas toujours jusqu’à eux. Un site leur permet également d’avoir accès directement aux offres à proximité de leur domicile », poursuit Catherine Veyssy.

Par ailleurs, la collectivité territoriale mène une expérimentation ouverte depuis septembre pour simplifier et élargir le nombre de prescripteurs dans le cadre du plan 500 000 formations. « Auparavant, c’étaient les Missions locales, Pôle emploi et Cap emploi qui prescrivaient ces actions, nous avons ouvert cette possibilité aux plateformes de suivi et d’appui aux décrocheurs, mais aussi aux organismes de formation, aux Plie (Plan local pour l’insertion et l’emploi) et aux organismes de formation qui ont dans leur catalogue des cursus infra-qualifiants », conclut Catherine Veyssy en, précisant qu’un bilan sera fait dans les semaines à venir.

Centre Inffo vous conseille également