ingenierie_formation.jpg

La réforme offre de nombreuses opportunités pour le responsable formation (3ème édition des Entretiens de la formation professionnelle du Garf)

« La fonction formation, au service du développement des compétences des salariés et de la performance de l’entreprise, est à la croisée de nombreux processus. Des évolutions multiples touchent notre écosystème de la formation. La loi du 5 mars 2014 n’est que l’accélérateur de cette mutation », a rappelé Alexis Hluszko, président du Groupement des acteurs et responsables de la formation (Garf), lors des 3èmes Rencontres de son organisation [ 1 ]La 3ème édition des Entretiens de la formation professionnelle, organisée par le Garf a pour thème “Quelles opportunités pour le responsable formation & compétences”., mardi 15 mars.

Rédigé par . Publié le 16 mars 2016. Mis à jour le 11 mars 2019.

Il est important, a-t-il insisté, de « repenser la fonction formation au regard de ces mutations, de l’adapter et de la faire évoluer, sous peine de ne plus répondre aux attentes des salariés et de l’entreprise ». Notre système de formation et d’accompagnement professionnel se doit d’ « être plus contributif, plus collaboratif, plus ouvert et plus agile, en appui à la fois de l’engagement renforcé des salariés individuellement ainsi qu’auprès des employeurs soumis à de nouvelles exigences ». La fonction formation « évolue dans un rôle d’assemblier, d’organisation de ressources internes et externes, présentiel, digital et multimodal ».

Selon Jean Wemaëre, président de la Fédération de la formation professionnelle (FFP), face à cette évolution, « le responsable formation a trois grands challenges à relever » : pédagogique, institutionnel et évolutionnel. Sur le plan pédagogique, il doit innover en prenant en compte les nouvelles formes de travailler et d’acquérir le savoir (digitalisation, transmission immédiate à travers Internet, individualisation, évaluation, partage de connaissances à travers l’apprentissage collaboratif, la “gamification”…). Il a besoin de mieux s’armer qu’il ne l’est aujourd’hui. Sur le plan institutionnel, la fin de l’obligation fiscale plaçant le développement humain au cœur des préoccupations des acteurs, le responsable formation doit changer de posture pour devenir le pivot au sein de la politique RH de son entreprise. Il doit redéfinir sa fonction.

Meilleures compétences

Les diverses mutations font changer les métiers. Il est important de doter ceux-ci de compétences adéquates. « C’est le rôle du responsable formation que de permettre aux salariés d’être à jour de leurs compétences, en déclinant les stratégies de l’entreprise en compétences », a indiqué le président de la FFP. « Dans un monde mondialisé et de plus en plus concurrentiel, nos entreprises doivent maintenir leur niveau de compétitivité. Nous devons repenser leur performance. Elles ne peuvent être performantes dans leur domaine que si elles disposent des meilleures compétences et si elles sont disposées à réfléchir aux conditions de leur pérennité », a conseillé Francis Mer, président d’Usinor et ancien ministre de l’Économie, des Finances et de l’Industrie (2002-2004). « Pour y arriver, il est important d’investir dans la formation, de ne pas considérer les engagements financiers en faveur des compétences comme des dépenses », a rappelé l’ancien PDG groupe Usinor-Sacilor, qui, il y a 30 ans, pour sortir de la situation difficile dans laquelle était le groupe, avait fait passer l’investissement formation de 2,5 % à 8 %.

Capabilités

Le responsable formation a un rôle important à jouer dans la compétitivité et la pérennité de l’entreprise. Aujourd’hui, son activité est beaucoup plus stratégique qu’auparavant, quand il était souvent enfermé dans une fonction de gestion du plan de formation et d’achat de stage. Il doit créer, auprès des instances dirigeantes, les conditions permettant le développement des compétences.

C’est bien à lui que revient la responsabilité de réfléchir à de nouvelles modalités d’apprentissage au sein de l’entreprise. Christian Batal, président du cabinet Interface, propose, pour des raisons d’efficience, «de promouvoir le développement des “capabilités” ou des environnements “capacitants” », qui permettent aux salariés d’apprendre autrement, de manière plus adaptée aux réalités de son travail et de l’entreprise. Ces innovations pédagogiques peuvent être efficaces si elles rencontrent, au sein de l’entreprise, l’adhésion de l’ensemble des acteurs. « Il est important de donner du sens au travail et de décliner les objectifs qui soient clairs et pertinents par rapport au collectif du travail. Les schémas d’apprentissage au sein de l’entreprise sont sclérosants. En précisant la définition de l’action de formation, la nouvelle loi ouvre les pistes pour répondre aux enjeux autour des apprentissages », a indiqué Stéphane Rémy, chef de la mission de l’organisation des contrôles à la DGEFP.

Les responsables formation entendent bien intégrer ces éléments dans le changement de paradigme lié à leur fonction. En effet, « le changement des intitulés des postes (directeur de formation, directeur du développement des compétences, Chief Learning Officer, etc.) sont l’expression de la volonté des entreprises de développer leur capital humain, au lieu de ne gérer tout simplement que des actions de formation », a rappelé le président du Garf. C’est pour cela qu’ « il est urgent que le responsable formation sorte de la DRH pour occuper une place plus importante au sein des instances de décisions stratégiques. Car la formation doit être prise en compte en amont dans les réflexions stratégiques. On ne doit pas le confiner dans un rôle de gestionnaire du plan de formation », a plaidé Marc Dennery, directeur associé de C-Campus. « Son rôle n’a jamais été aussi majeur. Il doit permettre de penser autrement l’organisation. S’il n’y arrive pas, il devra se remettre en cause », a indiqué l’ancien ministre.

Notes   [ + ]

1. La 3ème édition des Entretiens de la formation professionnelle, organisée par le Garf a pour thème “Quelles opportunités pour le responsable formation & compétences”.

Centre Inffo vous conseille également