Isabelle Jégouzo, cheffe de la représentation de la Commission européenne en France.

Lancement de la Coalition française pour les compétences numériques, coordonnée par le Medef

« En Europe, plus de 750~000 emplois qualifiés dans les technologies de l’information pourraient être vacants d’ici 2020. Les enjeux de la transformation numérique font donc partie des priorités et nécessitent une action commune », déclare Isabelle Jégouzo, cheffe de la représentation de la Commission européenne en France, lors du lancement de la Coalition française en faveur des compétences numériques, mardi 26 septembre au Conservatoire national des arts et métiers (Cnam).

Rédigé par . Publié le 27 septembre 2017. Mis à jour le 11 mars 2019.

Avec la France, ce sont désormais 17 Coalitions nationales qui ont rejoint le projet Digital Skills and Jobs Coalition lancé en décembre 2016 par la Commission européenne (voir notre article). Coordonnée par le Medef, la Coalition française regroupe une soixantaine de parties prenantes privées et publiques dont l’Agence du numérique, l’Apec (Association pour l’emploi des cadres), la Grande école du numérique, la région Grand-Est, Sodexho, l’Union des industries chimiques, le ministère de l’Éducation nationale, la CFDT ou encore Adecco.

Fédérer les acteurs

L’approche se veut opérationnelle, tournée vers le partage d’expérience et initiatrice d’actions concrètes. « Nous devons unir nos forces et fonctionner comme un laboratoire d’idées », précise Olivier Midière, conseiller du président et ambassadeur du numérique au Medef. Le travail de la Coalition française reposera sur la transversalité et la coopération. « Il est nécessaire de mettre en œuvre des démarches alternatives pour répartir et harmoniser les compétences, aller chercher de nouveaux publics, repenser les contenus des formations et encourager la mobilité du capital humain », explique Gilles Babinet, digital champion de la France auprès de la Commission européenne.

Quatre axes et quatre groupes de travail

Dans l’esprit du projet européen, le développement des compétences doit aussi résoudre les fractures sociales et générationnelles nées de l’usage du numérique. Et s’attaquer à quatre sujets-clés : les compétences numériques pour les actifs, les compétences numériques dans l’éducation, une meilleure formation pour les professionnels du numérique et les compétences numériques pour tous. Quatre groupes de travail présenteront en fin d’année leur diagnostic, les bonnes pratiques et une feuille de route d’actions pilotes.

Les transformations digitales exigent aussi des compétences situationnelles, sociales et coopératives. En effet, le numérique fait aussi évoluer des métiers existants et change en profondeur les méthodes de travail. « Il s’agit de tâches nouvelles plutôt que de nouveaux métiers, d’une plus grande autonomie, d’une place plus grande laissée aux initiatives et d’un nouveau management. La formation doit donc être accompagnée d’un dialogue social et d’une meilleure certification de ces nouvelles compétences afin de sécuriser les parcours professionnels et l’employabilité des salariés », ajoute Philippe Couteux, secrétaire confédéral de la CFDT, en charge de la formation professionnelle.

Centre Inffo vous conseille également