Clotilde Valter, ici le 5 septembre en visite au centre de formation d’apprentis Stephenson, à Paris.

Le nombre de demandeurs d’emploi inscrits en formation en augmentation de 70 % fin août (Clotilde Valter)

Le plan 500~000 formations supplémentaires à destination des demandeurs d’emploi « se met en place dans des conditions particulièrement positives », a expliqué Clotilde Valter, secrétaire d’État à la Formation professionnelle et à l’Apprentissage, lors d’une rencontre organisée avec des journalistes spécialisés, mardi 13 septembre.

Rédigé par . Publié le 14 septembre 2016. Mis à jour le 11 mars 2019.

Rappelant la finalité du gouvernement de doubler le nombre de formations suivies par des demandeurs d’emploi, de 500 000 à un million, la secrétaire d »État a assuré que l’objectif serait réalisé.

À la fin du premier semestre, 420 000 entrées en formation avaient été enregistrées. « Le nombre de demandeurs d’emploi inscrits en formation entre décembre 2015 et août 2016 a augmenté de 70 % par rapport à la même période en 2015. Compte-tenu de cette très nette tendance à la hausse, l’objectif de 1 million de demandeurs d’emplois formés à la fin de l’année devrait être atteint », a assuré Clotilde Valter.

Le plan a commencé à être mis en œuvre au printemps, avec les premières signatures de Conseils régionaux. « Les accords avec les présidents de régions ont été engrangés en mars et avril, avec une grande rapidité. Toutes les régions ont signé sauf une, Auvergne Rhône-Alpes-Auvergne », a exposé la ministre.

Pour autant, les demandeurs d’emploi auvergnats et rhône-alpins ne sont pas oubliés. La part du milliard d’euros de crédits qu’il avait été prévu de verser initialement à la région Auvergne Rhône-Alpes a en effet été attribuée à Pôle emploi. « L’opérateur d’État a prescrit les formations nécessaires aux personnes qui en avaient besoin, en sorte qu’aucun demandeur d’emploi ne soit lésé », a précisé Clotilde Valter.

Cette dernière s’est félicitée de la méthode de travail choisie, consistant à privilégier des diagnostics dans les territoires, à savoir régions bassins d’emploi. Le tout dans une logique de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences territoriales.

Ciblées au premier chef, les 300 000 personnes les plus éloignées de l’emploi : décrocheurs, demandeurs d’emploi sans qualification et ou sans expérience, et chômeurs de longue durée.
« Il est indispensable de faire œuvre de pédagogie auprès des personnes sans qualification qui pensent pouvoir trouver du travail en envoyant simplement un CV. À charge pour les prescripteurs de les convaincre de la nécessité absolue d’acquérir des qualifications pour renforcer leur employabilité sur le marché du travail », a rappelé Clotilde Valter.

La veille, lundi 12 septembre, lors de son premier déplacement concernant le plan 500 000, le chef de l’État, François Hollande, avait déclaré dans les locaux de l’Institut de formation commerciale permanente de Saint-Quentin-en-Yvelines : « La dynamique, elle est lancée. Il va y avoir même de nouvelles formations qui seront proposées, toujours dans le cadre des 500 000, pour les métiers émergents, c’est-à-dire ceux du numérique -ici vous êtes particulièrement concernés- ou ceux de la transition énergétique. », ajoutant que l’objectif des 1 million à la fin de l’année « sera atteint ».

Centre Inffo vous conseille également