L’État consacre 650 000 euros à la professionnalisation des services de l’aide à domicile

Par - Le 14 mars 2008.

Doter les services d’aide, de soins et d’accompagnement à domicile d’une véritable politique de ressources humaines, généraliser les bonnes pratiques professionnelles, généraliser les démarches qualité au sein du réseau et mettre en œuvre un programme d’information et d’appropriation de la démarche de modernisation, tels sont les quatre programmes d’action compris dans la convention signée le 12 mars par Valérie Létard, secrétaire d’État chargée de la Solidarité et la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA) avec l’Union nationale de l’aide à domicile (UNA) [ 1 ]Premier réseau français comptant 1 200 adhérents.. Il s’agit d’accompagner le réseau dans sa modernisation et la professionalisation de ses équipes qui, en 2006, ont accompagné 805 000 personnes avec l’aide de 144 000 professionnels.

« Mener à bien le recrutement, l’adaptation dans l’emploi, le développement des compétences, les parcours professionnels horizontaux ou ascendants, pour attirer et fidéliser des professionnels est en effet un enjeu essentiel pour l’avenir de ce secteur d’activité », a déclaré Valérie Létard, en détaillant les deux axes de la convention relatifs à la professionnalisation des personnels.

Le premier programme va en effet consister à concevoir, diffuser et installer, au sein du réseau, une GPEC pour répondre aux besoins que la Dares a chiffrés à 40 000 personnes en 2015 pour le secteur. Le réseau devra développer des bonnes pratiques de recrutement, de formation, d’évaluation des personnels avec des outils adaptés.

Le deuxième programme de généralisation des bonnes pratiques doit permettre de construire et diffuser des référentiels pour sensibiliser et organiser une professionnalisation collective.

650 000 euros sont affectés aux quatre conventions soutenant les programmes d’action. Elles seront suivies par quatre autres conventions qui porteront, notamment, sur la formation des directeurs et la modernisation des systèmes d’information, la gestion et l’organisation des services. Au total, l’État et la CNSA prendront en charge 65% des montants engagés dès 2008, soit 1,2 million d’euros. Dès 2009, l’ensemble des actions étant généralisé à tout le réseau, le financement passera à près de 9 millions d’euros par an.

Notes   [ + ]

1. Premier réseau français comptant 1 200 adhérents.

Centre Inffo vous conseille également

Publicité
Keytoform