Le Dif et le contrat de professionnalisation au cœur de la négociation

Les organisations syndicales et patronales ont négocié mercredi 5 novembre à Paris sur le renforcement de l’accord national interprofessionnel du 5 décembre 2003, en particulier le droit individuel à la formation et le contrat de professionnalisation (voir notre article).

Par - Le 06 novembre 2008.

« Nous sommes entrés dans le vif du sujet », a expliqué Jean-François Pilliard, chef de file de la délégation patronale, en précisant qu’une des pistes de réflexion est « d’introduire, avant le contrat de professionnalisation, une période, dont les modalités restent à définir, et dont l’objectif est de préparer à accéder aux contrats de professionnalisation ».

Considérant le Dif « peu opérant » pour les CDD, le patronat suggère de le remplacer par un congé individuel de formation (Cif-CDD), dont les conditions d’ancienneté sont élargies.

Une proposition « ubuesque », selon Stéphane Lardy (FO). « Le patronat ne veut pas verser de contributions pour financer le Dif des CDD », assène-t-il.

Olivier Gourlé (CFTC) rappelle de son côté que « le Dif est un droit à la formation, le Cif une simple possibilité ».

« Le texte patronal manque de souffle », a tranché Annie Thomas (CFDT), regrettant qu’il « ne parle pas des gens en insertion, en contrats aidés », « ni de la période de professionnalisation ».

AFP.

Centre Inffo vous conseille également

Découvrez nos newsletters