Inéo créée la première formation de monteur en signalisation ferroviaire

Par - Le 29 novembre 2010.

Méconnu, mais indispensable dans les métiers du transport par voie de rail, le métier de monteur en signalisation ferroviaire demeure une profession aux compétences requises d’une importante technicité. Jusqu’à présent, cependant, aucune formation spécifique n’était dédiée à la qualification de ces techniciens. C’est désormais chose faite depuis la signature, le 18 novembre 2010, d’une convention de partenariat entre le lycée Clément-Ader de Samatan (Gers)[ 1 ]http://www2.ac-toulouse.fr/lp-clement-ader-samatan/, le GRETA Gascogne[ 2 ]http://greta.ac-toulouse.fr/web/Greta_gascogne/78-greta-gascogne.php et Inéo[ 3 ]http://www.ineo-gdfsuez.com/, spécialisée dans le génie électrique et les transports.

Le montage signalétique sur voies ferrées ne s’improvise pas et exige, en matière de formation, d’importantes infrastructures nécessitant le déploiement du même matériel que celui utilisé par les techniciens de la SNCF au quotidien, dans des conditions de travail similaires. « Nous avions déjà travaillé avec le lycée Clément-Ader sur une formation de monteur caténaires et nous avions été très satisfaits de cette collaboration », indique Myriam Galluzzo, DRH déléguée du groupe Inéo. « Un nouveau partenariat, concernant cette fois-ci la création d’une formation de monteur en signalisation ferroviaire, prenait alors tout son sens », poursuit-elle. Une formation qui aura demandé un fort investissement d’Inéo qui a financé une grande partie des 450 000 euros de matériel nécessaire pour reconstituer à l’identique la plateforme de signalisation ferroviaire et le tronçon de chemin de fer indispensables à l’apprentissage des stagiaires.

« Former cinquante personnes d’ici à 2012 »

« Après un an de travail sur le contenu pédagogique, nous avons lancé notre formation cette année », souligne la DRH déléguée d’Inéo, « notre objectif est de former une cinquantaine de stagiaires d’ici 2012 ». D’ores et déjà, huit apprentis ont entamé cette formation de 210 heures, alternant cours théoriques et mise en pratique des compétences acquises. « Il s’agit d’un métier pointu où l’acquisition des compétences est lente », précise Myriam Galluzzo, « aussi, nous espérons bien capitaliser l’expérience acquise par cette première promotion pour monter la formation des années suivantes ». Une formation suivie, en majorité, par des stagiaires disposant d’une expérience de base dans le domaine du génie électrique et dont la moyenne d’âge oscille entre 30 et 45 ans. « Pour l’instant, cette formation est ouverte aux personnes disposant de pré-requis en matière électrique », indique Myriam Galluzzo, « elle n’est pas ouverte au titre de la formation initiale, qui requiert un autre type d’ingénierie. La première promotion voit des personnes issues de domaines différents : industrie, tertiaire, etc. Au travers de cette formation, Inéo cherche également à prendre ses responsabilités citoyennes en matière d’insertion et d’emploi ». Justement, si la formation demeure récente, elle n’en ouvre pas moins de grandes perspectives en matière d’emploi, tant les besoins sont importants (voir encadré). Perspectives sur lesquelles les OPCA et les AREF ont choisi de miser en choisissant d’appuyer l’initiative d’Inéo. « Nous souhaitons attirer des candidats vers nos métiers », précise la DRH déléguée du groupe, « aussi, avec cette formation, nous anticipons les compétences dont nous aurons besoin demain ».

[(Anticiper les besoins futurs du secteur ferroviaire

Contrairement à de nombreux secteurs, celui du transport ferroviaire n’a pas été affecté par la crise et présente des perspectives de croissance très élevées pour les entreprises de la branche. Ainsi, les appels d’offres pour des constructions de trams se multiplient dans les villes et de nouveaux tronçons TGV (TGV Sud-Europe Atlantique, TGV Bretagne-Pays de la Loire, etc.) sont en projet. « Ces chantiers représentent des volumes de business colossaux sur lesquels Inéo est présent», souligne Myriam Galluzzo. « Il nous est indispensable d’anticiper cette demande à venir afin de nous tenir prêts à répondre aux appels d’offres, y compris en mettant en place les formations de demain. Si nous n’intervenons pas sur l’évolution de nos métiers en matière de performance ou de sécurité, nous rencontrerons des difficultés dans l’avenir ».)]

Notes   [ + ]

1. http://www2.ac-toulouse.fr/lp-clement-ader-samatan/
2. http://greta.ac-toulouse.fr/web/Greta_gascogne/78-greta-gascogne.php
3. http://www.ineo-gdfsuez.com/

Centre Inffo vous conseille également

Pack Bimédia