La Réunion mise sur la VAE, qui a pris son envol (étude du Carif-Oref)

Par - Le 15 mars 2011.

Chaque année, le Carif-Oref de la Réunion réalise un panorama de la VAE en interrogeant les Points Relais Conseil et les 11 organismes valideurs de l’île (rectorat, université de la Réunion, Cnam, CCIR, Chambre de métiers, DAF, DTEFP, etc.). Une première étude avait été réalisée sur les années 2003-2005, et une seconde vient d’être publiée sur l’évolution du dispositif de 2006 à 2009 (document ci-joint).

La première constatation de Marie-Françoise Buzenot, chargée de mission à la cellule régionale interservices de la VAE au sein du Carif-Oref, est « l’installation de la VAE sur l’île de la Réunion, avec des acteurs bien identifiés et des accompagnateurs présents ».

Si le nombre de VAE n’a pas augmenté, le pourcentage de validations s’est quant à lui élevé puisque le nombre de personnes ayant obtenu une certification via une VAE s’est accru de 122,8 %. En 2009, 2385 VAE ont ainsi été validées totalement, et 1212 l’ont été partiellement.

Si le nombre de candidats à la VAE n’a pas beaucoup augmenté, c’est en raison de la diminution des Points Relais Conseil sur l’île. Au départ, la Réunion comptait 5 organismes et 22 antennes, désormais, ce chiffre est passé à 2 organismes et 5 antennes. Cela en raison de la réponse trop tardive des CIO à un appel d’offres.

La particularité de la Réunion réside dans le peu de diplômes proposés sur le territoire. Seules 1020 certifications sont proposées, dont la plupart sont des diplômes de l’Education nationale. « Cette donnée pouvait être un frein pour certaines personnes, alors nous avons mis en place un système de visioconférence. La Région a également mis en place un dispositif “Continuité territoriale” qui permet à ceux qui ont un projet de formation d’avoir un billet aller-retour pour Paris, mais les VAE en métropole ne constituent que 2 % de l’ensemble des VAE », précise Marie-Françoise Buzenot.

Concernant le profil des bénéficiaires, la majorité sont des femmes (63 %). « Ce que l’on note comme évolution, c’est la proportion croissante de demandes qui émanent de demandeurs d’emploi, alors qu’auparavant la majorité étaient issue de salariés », souligne Marie-Françoise Buzenot. Une croissance logique au regard du taux de chômage sur l’île qui s’élève à plus de 30 % de la population active. Les personnes se lançant dans une VAE sollicitaient beaucoup plus un accompagnement en 2009, puisqu’elles étaient 377 en 2009 contre 42 en 2006. « Tous les organismes qui proposent des accompagnements ont mis en place des sessions de professionnalisation pour les accompagnateurs. »

« La Région joue le jeu également puisqu’elle va mettre en place d’ici la fin du premier semestre 2011 un chèque VAE, dont le montant ira de 700 à 1200 euros », affirme Marie-Françoise Buzenot pour qui « après une grande phase d’installation et de professionnalisation, le dispositif est désormais effectif à 100 % ». La Région et l’Etat ont décidé de communiquer sur la VAE en investissant 100 000 euros pour la réalisation d’une campagne de communication qui sera diffusée en avril, mai, juin, septembre et octobre. Un numéro vert sera également mis en place. En parallèle de cette étude, le Carif-Oref a publié un guide pour devenir membre du jury VAE « afin que les professionnels se saisissent de cette opportunité » (document ci-joint).

[(La lettre de l’Oref : l’optique et le second œuvre dans le BTP

L’Oref de la Réunion a également publié deux études (documents ci-dessous).
La première porte sur le secteur de l’optique-lunetterie à la demande de la Région. « Le Conseil régional s’était rendu compte que nous avions plus de 80 enseignes sur le territoire sans avoir la formation pour devenir opticien. En vue d’envisager la création de cette formation, il nous a demandé une étude », explique à Centre Inffo Guillaume Brionne, responsable de l’Oref. En effet, environ 380 opticiens-monteurs n’ont pas toujours la qualification pour le métier qu’ils font. Suite à l’étude de l’Oref, la Région a donc décidé d’ouvrir une formation en Bac Pro Optique lunetier et de favoriser l’acès au diplôme d’opticien via le dispositif de VAE.

La seconde étude, que l’Oref a décidé de réaliser seul, concerne le second œuvre dans le BTP. «Le BTP est l’un des plus gros secteurs d’activité de la Réunion, avec plus de 15 000 salariés, dont 5000 qui travaillent dans le second œuvre » (ouvrages qui complètent la construction). Les métiers étudiés par l’Oref sont ceux qui ont beaucoup évolué, notamment en raison de l’évolution des technologies : isolation et étanchéïté, charpentier-bois, couvreur-poseur, menuiserie métallique et aluminium. «Il y a un réel enjeu sur ces métiers, et sur le développement des formations qui doivent tenir compte des innovations technologiques » », souligne Guillaume Brionne.)]

Centre Inffo vous conseille également

Pack Bimédia