Mamie Nova choisit 1001 Lettres pour remettre ses collaborateurs à jour sur les savoirs de base

« N’ayons pas peur des mots : l’illettrisme demeure un tabou dans notre pays. Il nous faut briser ce tabou ! » Ministre en charge de l’Apprentissage et de la Formation professionnelle, Nadine Morano a procédé à la visite, le jeudi 3 février 2011, de l’usine de production laitière Novandie, à Savigné L’Evêque, dans la Sarthe, connue pour sa production de desserts « Mamie Nova ».

Par - Le 07 février 2011.

Un site particulièrement concerné par le sujet, puisque, depuis 2007, 30 collaborateurs sur 140 suivent le programme 1001 Lettres, afin de se réapproprier les bases du français, des mathématiques et de l’informatique. A cette occasion, la ministre a annoncé que l’Etat compte débloquer 54 millions d’euros afin de les déployer pour lutter contre l’illettrisme, soit une augmentation de 43% par rapport aux budgets précédents consacrés à ce « fléau social ».

Pour Nicolas Tardif, directeur de l’usine de Savigné l’Evêque, non seulement le recours au dispositif e-learning 1001 Lettres, mis en place dans l’entreprise depuis 2007, permet aux salariés en ayant exprimé le besoin de renforcer leur capital de connaissances de base, mais aussi d’anticiper sur les demandes de DIF au sein de ses équipes. « Notre objectif était de mettre en place un dispositif profitable aux salariés et à l’entreprise, mais aussi de pousser ces derniers à consommer leur DIF de manière soutenue et constante avant 2010, année-charnière où nous craignions des départs massifs en sessions de formation au titre du droit individuel à la formation ».

Pour la PME sarthoise, le recours à la solution 1001 Lettres s’imposait : « Nos sessions de formation sont organisées par groupes de quatre personnes, face à un PC connecté à 1001 Lettres. Les stagiaires sont accompagnés d’un médiateur – qui n’est pas un formateur, mais un salarié de l’entreprise disposant des connaissances nécessaires pour les aider – et, ainsi, progressent à leur rythme ». Franck, salarié de l’usine Novandie, précise que les 68 heures passées en formation lui ont été profitables : « J’ai pu me remettre à jour en français et en maths. Cela me permet de pouvoir remettre à jour mes compétences professionnelles comme le fait de lire facilement des consignes de sécurité. Mais, sur un plan personnel, je suis désormais capable de répondre aux questions de mes enfants lorsqu’ils me demandent de l’aide pour leurs devoirs ». Une ré-acquisition de savoirs oubliés dont Nicolas Tardif est fier : « nous avons pu discuter avec la ministre et les élus locaux lors de leur visite : ils ont salué cette initiative ». Pour sa part, Nadine Morano s’est révélée particulièrement satisfaite du programme 1001 Lettres : « nous pouvons faire reculer l’illettrisme en disant aux chefs d’entreprises et aux salariés : il existe des formations, celles-ci ne vous coûteront rien ».

[(

1001 Lettres

Développé par Opcalia et l’Agence nationale de lutte contre l’illettrisme (ANLCI), le programme 1001 Lettres est une solution e-learning, accessible grâce à une simple connexion Internet. Son contenu pédagogique, basé sur la réappropriation des savoirs fondamentaux, comprend 14 champs de compétences, qu’ils soient professionnels (« appliquer une procédure », « comprendre la vie dans l’entreprise », etc.) ou personnels (« gérer un budget », « écrire un courrier », etc.))]

Centre Inffo vous conseille également

Afnor