François Hollande appelle à clarifier le système «trop enchevêtré » de la formation professionnelle

Annoncée et préparée depuis l’élection présidentielle, la Grande Conférence sociale des 9 et 10 juillet 2012 s’est ouverte sur un discours de la méthode prononcé par François Hollande. Quarante minutes pour livrer sa vision d’un dialogue social qu’il souhaite au cœur du changement pour les cinq années à venir. Objet de la deuxième des sept tables rondes, la formation professionnelle apparaît inscrite dans le continuum du tout au long de la vie : Deuxième, voire troisième chance pour les décrocheurs, mais aussi appui aux mobilités et, surtout, amélioration de la lisibilité et de l’accessibilité pour les demandeurs d’emplois et les salariés figurent parmi les priorités.

Article réservé à nos abonnés.

Rédigé par . Publié le 10 juillet 2012. Mis à jour le 11 mars 2019.

« Non pas un aboutissement, mais un commencement » visant à « définir un pacte de confiance et d’efficacité entre État, salariés, entreprises, partenaires sociaux », ainsi le président de la République François Hollande aura-t-il ouvert lundi 9 juillet 2012 la conférence sociale au Conseil économique, social et environnemental (Cese). Exposant sa méthode pour « redéfinir le contrat collectif », François Hollande propose de s’appuyer sur trois principes qui demandent le développement d’une « culture de la négociation » jusqu’ici absente de nos « traditions » comme de notre « histoire » : premièrement, « aborder l’ensemble des sujets, sans exclusive. (…) L’emploi étant la priorité première ». Deuxièmement, « fixer un agenda cohérent et partagé…

— La suite est réservée aux abonnés —

Centre Inffo vous conseille également