François Hollande entend promouvoir le « contrat premières heures » inventé par Emmaüs dans le cadre du plan contre l’exclusion

Le jeudi 6 décembre, François Hollande sera venu, en compagnie de plusieurs ministres, et édiles municipaux parisiens -à commencer par le premier d’entre eux, Bertrand Delanoë – inaugurer les locaux d’Emmaüs Défi, rue Riquet, dans le XIXe arrondissement. Un dépôt-vente, en premier lieu; mais surtout une entreprise d’insertion par l’activité économique (IAE), ayant fondé son activité de retour dans l’emploi par le biais des « contrats premières heures », un dispositif dont pourrait s’inspirer, selon le chef de l’État, la Conférence contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale.

Article réservé à nos abonnés.

Rédigé par . Publié le 07 décembre 2012. Mis à jour le 11 mars 2019.

Martin Hirsch, ancien président d'Emmaüs France, l'aura rappelé: l'idée d'Emmaüs Défi est née en mars 2007, alors que les tentes des Don Quichotte commençaient à fleurir sur le Quai de Valmy, à quelques centaines de mètres à peine du siège de l'association fondée par l'Abbé Pierre. L'idée: remettre à jour la notion de « travail à l'heure  » afin de permettre aux personnes en situation d'exclusion (et souvent sans domicile) de revenir dans l'emploi au moyen de contrats d'insertion de 26 heures. « Cela n'a pas fonctionné initialement » a regretté l'actuel Haut-Commissaire au service civique. Trop éloignés de l'emploi, trop en situation de…

— La suite est réservée aux abonnés —

Centre Inffo vous conseille également