Jean-François Pilliard (Medef) appelle de ses voeux une évolution profonde du système de formation, à rebours du « compromis mou »de la réforme de 2009

Le Medef assume et revendique le fait d’être la seule organisation patronale à défendre son projet d’accord national interprofessionnel (Ani) de réforme de la formation professionnelle au centre de la négociation entre partenaires sociaux. « Nous sommes décidés à aller jusqu’au bout », a déclaré Jean-François Pilliard, vice-président du Medef, lors d’une rencontre organisée par l’Association des journalistes de l’information sociale (Ajis) mercredi 13 novembre.

Article réservé à nos abonnés.

Rédigé par . Publié le 14 novembre 2013. Mis à jour le 11 mars 2019.

Lors de la troisième séance de négociation de l’Ani formation professionnelle du 23 octobre, le Medef a présenté un projet de texte (voir notre article), alors que la CGMPE présentait le sien (voir notre article) « Nous avons considéré que, cette fois-ci, il fallait faire une véritable réforme de la formation professionnelle, pour éviter d’en faire une tous les deux ou trois ans, et qu’elle soit tournée réellement vers les entreprises et les demandeurs d’emploi », a-t-il expliqué. «  Nous sommes décidés à aller jusqu’au bout. De ce fait, nous avons considéré qu’on ne pouvait pas amputer cette volonté de réforme en…

— La suite est réservée aux abonnés —

Centre Inffo vous conseille également