L’UPA demande un statut particulier pour les apprentis de 16 à 18 ans

Le 2 avril 2013, à l’occasion de sa première prestation à l’une des rencontres des Réalités du dialogue sociale (RDS), Jean-Pierre Crouzet, le nouveau patron de l’Union professionnelle artisanale (qui a succédé à Jean Lardin en janvier dernier), a jeté un pavé dans la mare concernant l’apprentissage des jeunes.

Article réservé à nos abonnés.

Par - Le 03 avril 2013.

En effet, aux yeux de cet artisan boulanger dijonnais, l'apprentissage, loin de constituer une voie d'excellence pour l'emploi des jeunes constitue, au contraire, « une filière d'échec au sein de laquelle 90 % des apprentis se retrouvent orientés par défaut ». Des propos d'autant plus durs que le nouveau président de l'UPA est lui-même passé par cette filière, entre 1957 et 1960. « Mais nous sommes aujourd'hui au XXIe siècle et ceux qui se voient orientés dans cette voie ne l'ont quasiment jamais choisie. Ils n'ont pas eu droit à un véritable choix ». Une absence de choix qui oblige des adolescents de seize ans…

— La suite est réservée aux abonnés —

Centre Inffo vous conseille également

Découvrez nos newsletters