Les Régions s’opposent au rapatriement des formations sanitaires et sociales à l’université

Article réservé à nos abonnés.

Rédigé par . Publié le 11 février 2013. Mis à jour le 11 mars 2019.

« Fortes de leurs résultats et des améliorations apportées aux formations et à la qualité de vie des étudiants concernés, les Régions souhaitent un renforcement de leurs compétences dans ce domaine à l’occasion des prochaines lois  », a déclaré l'Association des régions de France (ARF), dans un communiqué de presse rendu public le 8 février 2013. Clairement, les Régions s'opposent aux au rapatriement des formations sanitaires et sociales[[Les formations d'infirmier-e, d'aide-soignant-e, ambulancier, de sage-femme, de masseur-kinésithérapeute, d'assistant-e de service social, d'éducateur-trice spécialisé-e, etc.]] à l'université. En effet, a soutenu l'ARF, « la prise en charge par les Régions de la compétence sur les…

— La suite est réservée aux abonnés —

Centre Inffo vous conseille également