François Hollande appelle les collectivités publiques à se mobiliser pour l’apprentissage

Par - Le 13 mars 2014.

« À la fin de l’année 2013, il y a bien eu 100 000 emplois d’avenir qui ont été créés. Et nous voulons aller plus loin et faire qu’il y ait 150 000 emplois d’avenir à la fin 2014, c’est-à-dire 50 000 de plus. » Le président de la République, François Hollande, a confirmé le 11 mars lors de sa rencontre avec cent jeunes inscrits dans ce dispositif, que le gouvernement avait « réussi » à tenir son objectif de créer 100 000 emplois d’avenir en 2013. Il a d’ailleurs considéré que ce dispositif « était une forme de pacte de responsabilité entre l’État et les employeurs du secteur non lucratif, pour que ces derniers prennent un jeune et lui apportent une formation. »

Au sujet du nouveau « pacte de responsabilité », il en a profité pour rappeler à l’ensemble des entreprises privées le principe suivant : « On va vous baisser un certain nombre d’obligations, réduire le coût du travail, simplifier des formalités et, en contrepartie, vous allez faciliter l’embauche de jeunes, prendre en compte aussi les difficultés que rencontrent les seniors et améliorer la formation et le dialogue social ».

Après sa signature par les partenaires sociaux, le pacte qui prévoit 30 milliards d’euros d’allègement du coût du travail pour les entreprises contre des emplois, une qualité de l’emploi et de la formation, « va connaître de nouvelles étapes », a indiqué François Hollande. « L’État va faire connaître très rapidement les allègements du coût du travail, et puis ensuite il y aura à faire en sorte que les employeurs puissent avoir la visibilité indispensable sur leurs prélèvements et sur les conditions de leurs activités. »

Le gouvernement espère qu’un accord entre partenaires sociaux sera trouvé d’ici fin mars sur les contreparties en vue d’une présentation au Parlement fin avril. L’idée du pacte de responsabilité étant le suivant : « Nous avons aussi conscience que, quels que soient les dispositifs (emplois d’avenir, contrats de génération, contrats aidés, soutiens à la formation professionnelle, développement de l’apprentissage), s’il n’y a pas une reprise de l’activité économique, s’il n’y a pas de croissance, s’il n’y a pas de confiance, il ne peut pas y avoir une baisse durable du chômage, que ce soit d’ailleurs pour les jeunes ou pour l’ensemble de la population active. »

Au regard de la réforme de la taxe d’apprentissage (simplification), François Hollande a lancé « un appel aux collectivités publiques qui peuvent, elles-aussi, accueillir des apprentis ». « On pense que l’apprentissage, a-t-il considéré, c’est simplement pour le secteur privé. Mais non, dans les collectivités locales, il est possible d’accueillir des apprentis sur un certain nombre de métiers. Nous devons donc tous nous mobiliser, employeurs privés, employeurs publics, pour qu’il y ait plus d’apprentis et qu’il y ait cette alternance entre une formation et une expérience professionnelle. »

Centre Inffo vous conseille également

Découvrez nos newsletters