« Le renforcement des libertés individuelles crée un besoin d’accompagnement » (Stéphane Giboudaud, directeur du Fongecif Auvergne-Rhône-Alpes)

Et si la désintermédiation des processus d’accès à la formation, redoutée des partenaires sociaux, était au contraire un marchepied pour les logiques d’accompagnement ? C’est la thèse défendue par Stéphane Giboudaud, directeur général du Fongecif Auvergne-Rhône-Alpes, lors du colloque «~Former pour et par le travail~» co-organisé récemment à Lyon par le lConseil économique, social et environnemental régional (Ceser) et Agefos-PME Auvergne-Rhône-Alpes.

Article réservé à nos abonnés.

Par - Le 21 décembre 2017.

La volonté de simplifier l'accès à la formation professionnelle n'est pas l'apanage de la réforme en cours, loin s'en faut. Force est de reconnaître que la question prend pour la première fois une forme qui peut déplaire aux partenaires sociaux avec un certain appel à la «~désintermédiation~»~: là où il s'agissait auparavant d'épargner à l'usager final les complexités du système par un recours à des tiers professionnels, la volonté de la présente réforme serait de redonner de la liberté aux individus en libérant l'achat de formation. Pas plus inquiet que cela devant cette «~forme de désintermédiation~», Stéphane Giboudaud, directeur général…

— La suite est réservée aux abonnés —

Centre Inffo vous conseille également

Publicité
Keytoform