La ministre du Travail veut réformer la formation professionnelle par l’insertion

En visite à Marseille vendredi 13 octobre, la ministre du Travail Muriel Pénicaud s’est prononcée en faveur du développement de l’insertion professionnelle des jeunes en rupture scolaire et professionnelle. Les bons résultats de l’Établissement pour l’insertion dans l’emploi (Épide) phocéen pourraient constituer une source d’inspiration, dans le cadre de la réforme à venir de la formation professionnelle.

Article réservé à nos abonnés.

Rédigé par . Publié le 16 octobre 2017. Mis à jour le 16 octobre 2017.

Avant de se rendre à l’École de la deuxième chance de Marseille, la ministre du Travail a passé plus de 2 heures dans un centre Épide. 180 jeunes de 18 à 25 ans y suivent un encadrement pédagogique et quasi militaire. Dans une ancienne gendarmerie, ces décrocheurs scolaires, tous volontaires reprennent le cours de leur vie. Ils portent l’uniforme, marchent au pas et suivent une formation pluridisciplinaire. Le gouvernement est prêt à soutenir l’insertion des jeunes Face à la motivation de ces jeunes, Muriel Pénicaud s’est dit impressionnée : «~Ça nous donne un signal extrêmement positif. Il y a des…

— La suite est réservée aux abonnés —

Centre Inffo vous conseille également