À Tours, Emmanuel Macron réitère sa volonté de réformer en profondeur l’apprentissage et la formation professionnelle

Par - Le 16 mars 2018.

En visite pour inaugurer les 5 000 m2 du nouveau centre de formation d’apprentis (CFA) des Compagnons du Devoir et du Tour de France, mercredi 14 mars, Emmanuel Macron, a indiqué vouloir accélérer la réforme de l’apprentissage et de la formation professionnelle (voir notre article). « On se retrouve dans un paradoxe avec un taux de chômage à 9 %, des métiers sous tension, donc nous avons besoin de changer nos modes de formation pour qu’ils puissent bénéficier aux plus jeunes mais aussi après. L’apprentissage doit être possible tout au long de la vie », a déclaré le président de la République.

« Pas de formation cache-sexe »

Entouré d’apprentis et d’une escorte d’élus locaux, le Président a justifié la volonté de « transformation » portée par la future réforme. « Pendant longtemps la formation professionnelle n’a pas été au bon niveau et tout le monde faisait la même chose. »

Accompagné de la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, le Président est revenu sur le plan d’investissement des compétences (Pic) lancé en septembre dernier qui prévoit une enveloppe de 15 milliards d’euros (lire notre article). « Les fonds seront répartis entre Pôle emploi, les Régions et tous les acteurs labellisés. Il n’y aura pas de formation cache-sexe », a-t-il signifié, rappelant ainsi que la future agence France compétences sera chargée d’établir un nouveau cahier des charges pour que les organismes de formation soient labellisés et présents sur l’application mobile du CPF (lire notre article).

Décloisonner les niveaux de formation

Emmanuel Macron a par ailleurs expliqué que la démarche réformatrice du gouvernement s’inscrit dans un ensemble. « Nous avons initié une grande transformation pour lutter contre le chômage de masse qui mine la France depuis trente ans dans les domaines du travail, de l’école, du bac, de la formation professionnelle. Tout cela forme un continuum. Il faut décloisonner entre les niveaux de formation et entre les territoires. Nous sommes à un moment important. »

Centre Inffo vous conseille également

Découvrez nos newsletters