La CGT défend une vision de la formation affranchie des seuls besoins des entreprises et du marché de l’emploi

Article réservé à nos abonnés.

Par - Le 24 mai 2018.

Seule confédération syndicale à ne pas avoir signé l'accord national interprofessionnel du 22 février 2018, la CGT a réaffirmé devant la commission des affaire sociales (Assemblée nationale, 23 mai), son désaccord avec les orientations générales du projet de loi «~pour la liberté de choisir son avenir professionnel~». Son représentant, David Meyer, a aussi souligné que son organisation ne s'en investira pas moins dans l'élaboration du projet de loi. Sur bien des points égrenés par David Meyer devant la commission des affaires sociales, la CGT est apparue en résonance avec l'intervention des autres organisations syndicales (voir notre article). Ainsi, le premier…

— La suite est réservée aux abonnés —

Centre Inffo vous conseille également