La gouvernance, talon d’Achille de l’accord formation?

Face à de nouvelles responsabilités; très attendus sur la performance de leur gestion de la formation professionnelle et de l’alternance, les partenaires sociaux, dans le texte d’accord national interprofessionnel relatif à la formation professionnelle finalisé jeudi dernier (voir notre article), ont fait évoluer la gouvernance sans toucher à son architecture. Seul le Copanef (Comité paritaire interprofessionnel national pour l’emploi et la formation professionnelle), en intégrant les moyens du FPSPP (Fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels), se dote d’une nouvelle organisation.

Article réservé à nos abonnés.

Par - Le 26 février 2018.

Conscients de la nécessité de restructurer les instances paritaires, au premier rang desquelles les branches professionnelles, les négociateurs promettent de lancer ce vaste chantier. La question reste donc entière et ouverte. Le Copanef, pivot de la nouvelle gouvernance Si l'idée n'est pas nouvelle, le rapprochement du FPSPP et du Copanef constitue l'innovation principale de la gouvernance revisitée par les partenaires sociaux. Dans ce nouveau schéma, Le Copanef prend du galon et devient «l'instance unique de gouvernance paritaire nationale». Ses missions sont stratégiques. À lui, en effet, de consolider les besoins en compétences, de construire une démarche qualité, d'assurer les conditions…

— La suite est réservée aux abonnés —

Centre Inffo vous conseille également

Afnor