La CFDT plaide pour un Opco Santé et Cohésion sociale unique

Rédigé par . Publié le 14 janvier 2019. Mis à jour le 12 mars 2019.

Alors que l’accord constitutif de l’Opco Santé fait l’objet d’un droit d’opposition (voir notre article), la CFDT Santé Sociaux, seule signataire à ce jour, profiterait bien de l’éventuelle réouverture des négociations pour tenter d’intégrer la cohésion sociale.

Signataire de l’accord constitutif de l’Opco Santé bouclé le 19 décembre, la CFDT continue de trouver l’accord « acceptable ». Donc, améliorable. « L’une de nos préoccupations était de sortir du seul périmètre Unifaf », explique Claudine Villain, secrétaire nationale CFDT Santé Sociaux en charge de la formation professionnelle : « la loi de réforme et le rapport Marx/Bagorski étaient l’opportunité d’enfin pouvoir travailler sur les filières de l’ensemble des métiers du sanitaire, du social et du médico-social, sans se préoccuper du statut juridique des entreprises ».

Santé Et cohésion sociale

Satisfaite à cet égard de la création de l’Opco Santé, la CFDT aurait cependant aimé aller plus loin. « Nous pensons qu’il n’y avait pas besoin d’un Opco Santé et d’un Opco Cohésion sociale, mais qu’un seul suffisait », poursuit-elle : « cela aurait permis d’avoir un Opco Santé au sens élargi de la définition de l’OMS [footnote]« La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité », préambule à la Constitution de l’Organisation mondiale de la Santé, 1946.[/footnote], dans toutes ses dimensions ». Trop tard ? Peut-être pas. « Nous sommes encore dans la période transitoire et on entend dire que l’Opco Cohésion sociale aurait du mal à atteindre le seuil, donc on se dit que ce n’est pas fini… », espère Claudine Villain.

Gouvernance

Sceptique quant aux chances de voir aboutir le droit d’opposition exercé par la CGT, FO et la fédération CFE- CGC Santé Social qui a aussi depuis pris la décision de s’opposer à l’accord constitutif de l’Opco Santé, la syndicaliste cédétiste ne voit en revanche pas l’intérêt de négociations qui se limiteraient à ce seul Opco. Contrairement aux autres organisations, la CFDT se dit en effet satisfaite de la règle des deux tiers retenue par l’accord constitutif du 19 décembre. « Nous voulons que le poids de la représentativité pèse jusque dans les prises de décision, or, cette règle permet justement que ce soit l’une des deux organisations syndicales les plus représentatives qui puissent faire basculer une décision ».

Paritarisme régional

Comme les autres organisations syndicales, la CFDT est en revanche favorable au maintien d’un paritarisme régional. Mais ne produit pas la même analyse. Que l’échelon territorial soit logistique ou politique, la CFDT pense en effet trouver son compte : « si c’est logistique, le maillage territorial sera couvert par la logistique de l’Unifaf qui sera transposée dans l’Opco Santé ; si c’est politique, l’échelon ne sera, certes, plus dans l’Opco, mais nous aurons toujours une représentation politique de la branche par le biais des CPNE [footnote]Commissions paritaires nationales de l’emploi.[/footnote] dans chacune des régions », estime Claudine Villain.

Centre Inffo vous conseille également