La Cour des comptes demande à l’ANDPC de revoir sa copie

La  Cour des comptes a mis en ligne le 1er juillet un référé concernant l’Agence nationale du développement professionnel continu (ANDPC) auditée en 2018. Elle constate des contrôles « lacunaires » ne permettant d’attester de la réalité des formations et des  financements « généreux » qui ne sont pas vérifiés.

Article réservé à nos abonnés.

Par - Le 04 juillet 2019.

Avec un budget de 190 millions d’euros, l’ANDPC pilote le développement professionnel continu (DPC) des professionnels de santé et finance celui des libéraux et salariés des centres de santé conventionnés. Le rapport indique qu’elle a constaté « de profonds dysfonctionnements dans le pilotage et le financement du DPC ne permettant pas d’atteindre les buts pourtant assignés à l’agence ». Dispositif « flou », encadrement « inefficace » Le DPC affiche 405 orientations prioritaires pour la période 2016-2016 [[34 au titre de la politique nationale de santé ;  354, par professions, ; 17 spécifiques au service de santé des armées.]]. Beaucoup trop nombreuses et « souvent imprécises » selon…

— La suite est réservée aux abonnés —

Centre Inffo vous conseille également

Publicité
Keytoform