L’intelligence émotionnelle, une compétence dont l’entreprise ne pourra bientôt plus se passer

Près de 88 % des recruteurs considèrent qu’il est important que les collaborateurs bénéficient d’une intelligence émotionnelle élevée, 39 % ajoutent que c’est une compétence dont l’entreprise ne pourra plus se passer d’ici cinq ans – du fait de l’automatisation.

Article réservé à nos abonnés.

Par - Le 26 juin 2019.

C’est ce qu’indique une étude que le cabinet de recrutement Robert Half vient de rendre publique sur l’intelligence émotionnelle, soft skill (compétence comportementale) précieuse. Elle a été conduite en janvier auprès de 700 cadres en charge du recrutement (principalement dans le secteur tertiaire et en Île-de-France, entreprises de plus de 50 salariés). Le concept d’intelligence émotionnelle (IE) mêle la capacité de raisonnement et d’analyse et les réactions liées à l’affect. Dans l’entreprise, elle concerne les relations humaines, l’esprit d’équipe et le leadership. Son impact est important en interne, mais aussi à l’extérieur, car « elle permet à l’entreprise de rayonner grâce aux collaborateurs qui en sont…

— La suite est réservée aux abonnés —

Centre Inffo vous conseille également