L’appli CPF accélère la transformation digitale des prestataires de formation (journée Centre Inffo)

L’application  » Mon compte formation » répond aux exigences de la compétition digitale d’un marché BtoC. Trois entreprises de formation, invitées lors de la journée organisée par Centre Inffo le 21 janvier dernier, témoignent de son impact sur leur offre, leurs approches marketing et leur organisation.

Par - Le 24 janvier 2020.

Le marché ouvert par l’appli CPF le 21 novembre dernier structure de nouvelles pratiques et bouscule le modèle économique des prestataires de formation. Encadrée par des obligations et des conditions d’éligibilité nécessaires à la mobilisation de ces fonds mutualisés, cette plateforme technologique les met en relation directe les actifs titulaires d’un compte, injecte de la transparence et obéit aux codes de l’e-commerce.

Impact sur la chaîne de valeur

Le monde de la formation, comme la plupart des secteurs de l’économie, est déjà engagé dans cette petite révolution née du digital. Mais, la nouvelle place de marché du CPF l’amplifie. « L’impact se fait sentir sur toute la chaîne de valeur. Nous avions déjà amorcé notre transformation digitale, mais l’appli accélère clairement ce mouvement », confirme Laure Canart, invitée par Centre Inffo à la journée « Dessine-moi la réforme ! », le 21 janvier dernier. La directrice marketing et web du groupe Cegos insiste notamment sur l’importance de l’expérience utilisateur. Cet enjeu suppose d’individualiser toujours davantage l’offre, de faire grandir son système d’information en s’appuyant sur les nouvelles technologies et sur une plateforme d’apprentissage en constante évolution.

Ces investissements s’accompagnent d’une nouvelle approche marketing dirigée vers du contenu et d’une solide relation client, selon Claire Pascal. La directrice générale de Comundi pointe également des effets plus organisationnels sur son entreprise de formation. « Nous développons une nouvelle culture de la certification professionnelle soit, en interne, à travers des compétences en ingénierie de certification soit à travers des partenariats. »

La course à l’innovation

Face aux organismes de formation nés avec le digital, la mue devient plus urgente. Déjà très avancée dans cette transformation, OpenClassrooms s’est fortement mobilisé sur l’apprentissage en 2019. Également positionné sur l’appli CPF, l’école en ligne regarde de près son évolution : « Nous abordons ce marché avec prudence et par étapes. En 2020, nous allons découper nos parcours en blocs de compétences. Dans le même temps, nous poursuivons nos projets d’innovation. L’intelligence artificielle porte notamment de nouvelles perspectives », confirme Esther Mac Namara, vice-présidente d’openClassrooms.

On le comprend, le marché ouvert par l’appli CPF fait déjà bouger les lignes. Mais le lancement de la plateforme de gestion des abondements prévu au printemps prochain marquera une étape-clé. Car le sujet du reste à charge et du financement des formations longues conditionne le futur développement du CPF. « Les entreprises ne se sont pas toutes saisies du sujet. Nous avons lancé une enquête auprès de nos adhérents. Beaucoup de questions se posent », indique Laurence Breton Kueny, vice-présidente de l’Association nationale des directeurs des ressources humaines (ANDRH).

Sur ce point, Stéphane Rémy, sous-directeur aux politiques de formation et du contrôle à la DGEFP, insiste sur le rôle essentiel du dialogue social :« Dans le respect du consentement du bénéficiaire, il y a des choses à construire. »

Centre Inffo vous conseille également