loic_lebigre.jpg

Les certificateurs doivent aider le prestataire à mettre en œuvre une démarche adaptée à sa situation et à sa stratégie (Matinée d’actualité, Centre Inffo)

Sept généralistes (organisation de l’offre et services de formation) et cinq spécialisés (métiers et publics) composent les 12 labels et certifications qualité référencés par le (Cnefop[ 1 ]Conseil national de l’emploi, de la formation et de l’orientation professionnelles. comme satisfaisant au décret du 30 juin 2015.

Rédigé par . Publié le 11 juillet 2016. Mis à jour le 11 mars 2019.

« Les certifications retenues garantissent plus de choses, allant au-delà des exigences du décret qualité. Outre l’ingénierie pédagogique, l’ingénierie de la formation, l’information et l’accès, les moyens matériels et pédagogiques, ils garantissent le management de la qualité, les ressources humaines, la gestion administrative et financière, l’environnement de la formation, etc. », a indiqué Loïc Lebigre, consultant au département Observatoire de la formation de Centre Inffo, lors d’une rencontre organisée jeudi 7 juillet 2016[Le thème de cette rencontre, qui a rassemblé plus de 120 professionnels, était “Exigences qualité des financeurs publics et Opca-Opacif : l’apport des labels et certifications publiés par le Cnefop”. Elle avait pour objectif de permettre aux acteurs de faire le point sur les différentes initiatives pour faciliter la mise en œuvre pour du décret qualité qui entre en vigueur le 1er janvier 2017.]] par Centre Inffo ([voir notre article)[ 2 ]Voir le dossier réalisé par le département Documentation de Centre Inffo..

Faciliter le choix

« La publication de cette liste vise à rendre visibles les principales caractéristiques de ces labels et certifications et à faciliter leur consultation afin de contribuer à la transparence de l’offre de certification qualité satisfaisante. Cela facilite donc le choix d’organismes de formation qui souhaiteraient choisir une certification ou un label recensé par le Conseil », a déclaré Catherine Beauvois, sa secrétaire générale, Cette liste n’est pas close. D’autres labels et certifications viendront s’y ajouter, dans le cadre de dossiers d’instruction en cours ou à venir. « Des dossiers refusés pourront être réétudiés et retenus dès lors qu’ils satisfont tous les critères ou qu’il n’y a pas de mise en conformité nécessaire pour que le référentiel soit conforme aux exigences du décret qualité. C’est pour cela que les refus d’inscription sont motivés pour permettre aux responsables des certifications ou de labels non inscrits de corriger leur référentiel », a-t-elle précisé.

Amélioration continue

« Nous sommes inscrits dans une démarche d’amélioration continue. Des changements étaient en cours avant la loi de 2014 et ils continuent aujourd’hui : recrutement de nouveaux collaborateurs pour gérer les dossiers de candidature de plus en plus nombreux, remaniement des modalités d’évaluation des critères, dématérialisation, etc. », a rappelé Jacques Abécassis, conseiller du président de l’ISQ-OPQF. Qui a indiqué, concernant la mise en œuvre du décret, l’obligation faite à « nos auditeurs de vérifier systématiquement la conformité des dossiers avec les six critères ». C’est d’ailleurs le cas pour les autres certificateurs généralistes retenus par le Cnefop.

Si la détention d’un label ou d’une certification (déterminé par le Cnefop) ou le référencement (démarche des financeurs) n’est pas obligatoire, elle constitue à la fois une présomption de qualité et un outil d’aide à la décision des entreprises et des personnes. Ils permettent de déterminer l’éligibilité effective ou potentielle des prestataires de formation aux financements des institutions visées par le décret.

Besoin d’accompagnement

Les certificateurs généralistes validés par le Cnefop sont unanimes : depuis leur inscription et la communication qui en a été faite, les demandes affluent. Ainsi, par exemple, Bureau Veritas Certification, dont “Veriselect Formation Professionnelle” a été inscrit sur la liste le 5 juillet 2016, a enregistré « 200 demandes quelques heures après que la certification a été retenue ».

« Nous avons enregistré un afflux important de prospects vers notre certification », a annoncé Franck Pinguet, responsable développement chez Afnor Certification, dont “Certification NF Service Formation – NF214 – Régles de certification appliquées au 1er juillet 2016” vient aussi d’être validée. Et cette affluence va s’accélérer, à l’approche du 1er janvier 2017 !

« Les organismes doivent être en mesure de communiquer sur les spécificités de chacun de leurs labels ou certifications afin que le prestataire sache quelle démarche est adaptée à sa situation et à sa stratégie », a conseillé Loïc Lebigre. D’où l’utilité d’une offre d’accompagnement pour les y aider.

Notes   [ + ]

1. Conseil national de l’emploi, de la formation et de l’orientation professionnelles.
2. Voir le dossier réalisé par le département Documentation de Centre Inffo.

Centre Inffo vous conseille également