une-carroussel-e2c.jpg

Les Écoles de la deuxième chance révisent leur référentiel pour privilégier l’approche par compétences (« Jeudi de l’Afref »)

Les Écoles de la deuxième chance (E2C), qui accompagnent chaque année 15~000 jeunes sans diplôme ni qualification, ont décidé de renforcer l’« approche par compétences~» (APC [Approche par compétences~: modèle d’apprentissage basé sur le développement des compétences dans un contexte de formation professionnelle. Dans le processus enseignement-apprentissage, l’approche permet à l’élève d’acquérir des compétences transversales susceptibles de l’aider dans son parcours éducatif.]]) dans leur pédagogie. Elles se sont dotées d’un nouveau référentiel et d’un guide d’utilisation. Cette démarche, engagée en 2015, était retracée le 18 octobre lors d’une matinée «~Jeudi de l'[Afref~», organisée par l’Association française de réflexion et d’échange sur la formation .

Rédigé par . Publié le 22 octobre 2018. Mis à jour le 11 mars 2019.

« Bien que les E2C aient toujours accordé une place centrale à la validation des compétences, avec une pédagogie basée sur l’alternance d’ateliers et de stages en entreprise, nos référentiels étaient encore trop centrés sur les connaissances », explique Jean Serror, directeur de l’E2C du Val-de-Marne.

Recherche-action

Dans le cadre d’une recherche-action appuyée par une équipe universitaire du Lisec [ 1 ]Laboratoire interuniversitaire des sciences de l’éducation et de la communication., onze E2C ont expérimenté de nouvelles pratiques de repérage, formalisation et valorisation des compétences.

Par exemple, sur l’analyse des compétences acquises, l’E2C de l’Essonne a formé des trios d’élèves qui devaient s’interroger mutuellement sur trois expériences choisies : « Qu’as-tu fait? Qu’as-tu appris? Que souhaites-tu réutiliser? L’un pose les questions, l’autre répond, et le troisième prend des notes, puis les compétences sont listées dans un tableau, détaille Carole Franco-Ritz, coordonnatrice. Nous avons fait la même chose après les retours de stage ». Résultat de la démarche? « Les stagiaires sont plus actifs. Ils se sont approprié le portefeuille de compétences et ont développé leur autonomie », constate-t-elle. L’E2C du Bas-Rhin a conçu un outil d’évaluation qui sert au jeune et au tuteur pendant les stages, pour décortiquer les situations de travail.

Verbalisation des expériences

Ces expérimentations ont permis de dégager les grands principes de l’approche par compétences dans les E2C. « L’APC c’est d’abord la prise en compte des expériences, indique Jean Serror. Pour aider les jeunes à prendre conscience de leurs compétences, il faut organiser des retours d’expérience en soutenant un travail de verbalisation et d’auto-réflexion continu. Dans ces séquences de formation entre pairs, le rôle du formateur est différent : il se met en retrait et adopte une posture d’accompagnement réflexif », précise-t-il.

Référentiel et guide d’usage

Le nouveau référentiel, qui fixe les attendus de compétences à l’issue du parcours, s’inspire du certificat CLéA, dont il reprend les sept premiers domaines, et en ajoute deux : « vie culturelle, sociale et citoyenne » et « langues étrangères ». « Pour chaque compétence nous avons introduit quatre niveaux de maîtrise, allant de “ réaliser une tâche suivant une consigne dans un contexte connu ”, à “ agir de manière autonome dans un contexte inconnu ” », ajoute Jean Serror. Le guide détaille les valeurs associées : apprentissage par l’activité ; conscientisation et réflexivité sur les expériences ; autonomisation ; émancipation ; mise en évidence systématique des acquis développés , pointe Hugues Lenoir, membre du Lisec.

Reste maintenant à déployer le référentiel dans les 125 sites du réseau E2C, par la formation des formateurs, l’accompagnement à l’ingénierie, et les échanges de pratiques.

Notes   [ + ]

1. Laboratoire interuniversitaire des sciences de l’éducation et de la communication.

Centre Inffo vous conseille également