shutterstock_447390982.jpg

Les filières « Industriels de la mer » et « Chimie et matériaux » s’engagent pour le développement de l’emploi et des compétences

Après la filière « Chimie et matériaux » le 26 octobre, c’est la filière « Industriels de la mer » qui a conclu lundi 29 octobre un contrat stratégique. Dans les deux cas, le lancement d’un engagement de développement de l’emploi et des compétences (Edec) est prévu.

Rédigé par . Publié le 31 octobre 2018. Mis à jour le 11 mars 2019.

Signé vendredi 26 octobre dans le Morbihan à l’issue de la visite de l’entreprise BCF Life Science par trois membres du Gouvernement[ 1 ]Muriel Pénicaud, ministre du Travail, Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances, Brune Poirson, secrétaire d’État auprès du ministre de la Transtion écologique et solidaire., le contrat stratégique de la filière « Chimie et matériaux » comprend des « avancées majeures, avec des projets cohérents qui répondent aux enjeux de la filière en matière écologique, économique et de compétences », a estimé Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances. En matière de formation, le document prévoit le lancement d’un engagement de développement de l’emploi et des compétences (Edec), pour « mieux anticiper les besoins de la filière et mettre en place les actions de formation adaptées pour les salariés, notamment dans les domaines de la transformation numérique et énergétique ».

Première filière maritime

Lundi 29 octobre, Agnès Pannier-Runacher était cette fois entourée de Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et des Finances et d’Elisabeth Borne, ministre chargée des Transports, pour signer le contrat de la filière « Industriels de la mer », avec Christelle Morançais, présidente de la Région Pays de la Loire et Hervé Guillou, président du comité stratégique de filière et du Groupement des industries de construction et activités navales (Gican). Bruno Le Maire l’a souligné, les acteurs de l’industrie maritime ne s’étaient jusqu’alors « jamais organisés en filière ». Le document définit quatre « projets structurants », dont l’un vise à « anticiper les besoins en compétence, formations et emplois au service de la filière aujourd’hui et inventer les métiers des industriels de la mer pour demain ». C’est dans ce cadre que s’inscrit le projet de conclure un Edec avec le ministère du Travail d’ici mi-2019. La feuille de route devra notamment aborder les questions d’orientation, de levée des freins à l’alternance, d’application du programme Erasmus Pro au monde maritime et d’immersion de professeurs en entreprises et d’industriels en centres de formation.

Au-delà de l’Edec, il s’agit également de déployer « un plan de formation adapté pour recruter 1 000 personnes par an (alternants, CDI, CDD et intérim) sur 16 métiers en tension » (engagement 8), et de « faire aboutir avant fin 2018 les projets de campus des industries navales pour développer massivement l’attractivité des métiers de la filière et adapter l’offre de formation aux besoins des industriels » (engagement 8).

Selon Hervé Guillou, l’objectif global du contrat stratégique de la filière maritime est « de créer 10 000 emplois en France et de générer 33 milliards d’euros de chiffre d’affaires d’ici trois ans. »

Notes   [ + ]

1. Muriel Pénicaud, ministre du Travail, Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances, Brune Poirson, secrétaire d’État auprès du ministre de la Transtion écologique et solidaire.

Centre Inffo vous conseille également