marc_ferracci-2.jpg

Marc Ferracci nommé conseiller spécial auprès de la ministre du Travail

L’économiste Marc Ferracci (voir notre portrait) a été nommé conseiller spécial de Muriel Pénicaud, ministre du Travail.

Rédigé par . Publié le 30 mai 2017. Mis à jour le 11 mars 2019.

Par arrêté du 22 mai 2017 paru au Journal officiel n°0124 du 27 mai 2017[Voir [texte n°28.]], Marc Ferracci, ami de longue date d’Emmanuel Macron dont il était le conseiller économique durant la campagne présidentielle, rejoint le cabinet de Muriel Pénicaud en tant que conseiller spécial.

Âgé de 39 ans, Marc Ferracci est professeur en sciences économiques à l’université Panthéon Assas et Sciences Po. Diplômé d’HEC et docteur en sciences économiques, il a soutenu sa thèse sur La formation professionnelle des chômeurs [ 1 ]La formation professionnelle des chômeurs en France : analyse théorique et évaluation empirique, 2006., sous la direction de l’économiste Pierre Cahuc, auteur avec André Zylberberg du Négationnisme économique (Flammarion, 2016).

Un collaborateur de L’Institut Montaigne

Se définissant comme « de gauche », Marc Ferracci est aussi un homme de passerelles, comme en témoigne ses collaborations avec L’Institut Montaigne, dès 2011 avec La formation professionnelle des adultes : en finir avec les réformes inabouties (format PDF) ou, plus récemment, avec la note rédigée en 2014 avec Bertrand Martinot, Réforme de la formation professionnelle : entre avancées, occasions manquées et pari financier (format PDF).

Miser sur l’autonomie des individus

Fidèle à ses critiques sur le système de formation professionnelle français qu’il juge « inégalitaire, inefficace et complexe », il avait encore récemment, lors du grand oral des candidats sur la formation professionnelle organisé le 19 avril 2017 par le Collectif des présidents pour l’amélioration de la formation professionnelle et de l’apprentissage (voir notre article), appelé à dépasser les logiques de listes éligibles qui conditionnent l’accès au compte personnel de formation (CPF). Pour lui, une « désintermédiation » est nécessaire pour véritablement encourager la société de la connaissance. Il avait alors assumé, au nom d’En marche !, « vouloir mettre plus de marché » et promu la fusion, à terme, du CPF et du congé individuel de formation (Cif).

Enfin, il avait également indiqué que 15 milliards d’euros issu du grand plan d’investissement souhaité par Emmanuel Macron serait alloué à la formation des demandeurs d’emploi et des jeunes.

Parmi ses derniers ouvrages : Dialogue social et performance économique (avec Florian Guyot, Presses de Sciences Po, 2015) ; L’apprentissage, donner la priorité aux moins qualifiés (avec Pierre Cahuc, presses de Sciences Po, 2015)

La composition du cabinet :

  • Directeur : Antoine Foucher (voir notre article)
  • Directeur(trice) adjoint(e) : Stéphane Lardy (voir notre article) et Claire Scotton (voir notre article)
  • Conseiller spécial : Marc Ferracci
  • Conseillère presse et communication : Stéphanie Rismont-Wargnier

Notes   [ + ]

1. La formation professionnelle des chômeurs en France : analyse théorique et évaluation empirique, 2006.

Centre Inffo vous conseille également