shutterstock_730273642.jpg

Projet de loi de finances 2019 : le gouvernement fait le choix d’un budget « qui investit dans les compétences » (Muriel Pénicaud)

Le gouvernement a présenté lundi 24 septembre le projet de loi de finances (PLF) pour l’année 2019.
«~L’effort de l’État va ainsi augmenter sur les dispositifs permettant d’aider les personnes les plus éloignées de l’emploi à retrouver un emploi ou à se former. Conformément au plan pauvreté, le budget 2019 permettra à 10~000 personnes supplémentaires de bénéficier de l’insertion par l’activité économique, ainsi qu’à 10~000 personnes supplémentaires en situation de handicap d’être embauchées par une entreprise adaptée. De plus, grâce au plan d’investissement compétences, le nombre de demandeurs d’emplois formés en 2019 dépassera 900~000, contre un peu plus de 800~000 en 2017 et 2018~», souligne le ministère du Travail dans un communiqué.

Rédigé par . Publié le 25 septembre 2018. Mis à jour le 11 mars 2019.

Pour la ministre du Travail Muriel Pénicaud, « le gouvernement fait le choix d’un budget cohérent avec sa politique, qui ne subventionne pas l’emploi mais investit dans les compétences et l’insertion des plus vulnérablesé: davantage d’insertion par l’activité économique, davantage d’insertion par l’emploi pour les personnes handicapées, davantage de formation qualifiante pour les demandeurs d’emploi. L’objectif, c’est de poursuivre la transformation de la politique de l’emploi, pour la centrer sur les dispositifs qui permettent aux personnes de devenir autonomes et de s’insérer durablement sur le marché du travail ».

Le ministère estime que l’effort de réduction des effectifs se poursuit « à un rythme proche de celui des années précédentes, grâce à la productivité dégagée par les différents opérateurs ». À savoir  : - 400 ETP pour Pôle emploi (contre - 297 en 2018) et – 550 ETP pour l’Afpa (contre - 396 en 2018).
Le PLF 2019 prévoit un volet financement de la loi avenir professionnel du 5 septembre, portant réforme de la formation professionnelle et de l’apprentissage.

Apprentissage

En réformant le financement de l’apprentissage pour le lier au contrat, la loi ambitionne de développer l’apprentissage en augmentant la qualité de l’offre de formation et
donc la capacité d’insertion dans l’emploi durable. Comme le précise le dossier de presse du ministère des Comptes publics, « la mise en place dès 2019 d’une aide unique à l’embauche d’un apprenti, financée intégralement sur le budget général de l’État à hauteur de 200 millions d’euros dès la première année
, contribuera au dynamisme de l’offre d’apprentissage
 ».

Parallèlement, les employeurs d’apprentis bénéficieront de l’absence de
collecte de la taxe d’apprentissage sur la masse salariale de 2019, soit un gain de 3,5 milliards d’euros, selon l’exécutif.

Pic

Le gouvernement annonce également la montée en charge du Plan d’investissement en compétences (Pic) en faveur de la formation et de l’accompagnement des demandeurs d’emplois jeunes et éloignés du marché de l’emploi. Doté de 14, 6 milliards, le Pic cible un million de jeunes décrocheurs et un million de demandeurs d’emploi. 2,5 milliards d’euros seront alloués au PIC en 2018.

Centre Inffo vous conseille également