handicap_surdite_slider.jpg

Sciences Po diffuse ses bonnes pratiques en matière de handicaps invisibles

Signée lundi 4 décembre, une convention de partenariat entre Sciences Po, l’Agefiph [ 1 ]Association de gestion du fonds pour l’insertion des personnes handicapées et le FIPHFP [ 2 ]Fonds pour l’insertion des personnes handicapées dans la fonction publique valable pour les deux années à venir permettra d’aller plus loin dans l’innovation pédagogique et l’adaptation de solutions aux étudiants en situation de handicap.

Rédigé par . Publié le 05 décembre 2017. Mis à jour le 11 mars 2019.

En matière d’accueil d’étudiants en situation de handicap, Sciences Po a une longueur d’avance. « Nous avons souhaité nous doter d’une politique ambitieuse », explique Frédéric Mion, directeur de Sciences-Po Paris. Alors qu’en 2007, les Instituts d’études politiques accueillaient 20 étudiants handicapés, on en compte aujourd’hui 249 (sur 13 000 étudiants en France). 50 % d’entre eux souffrent d’un handicap invisible, dyslexie ou dyspraxie, anorexie, bipolarité, schizophrénie ou autisme. C’est pour cette population, notamment, que Sciences Po met en place des solutions innovantes et souhaite diffuser les bonnes pratiques auprès de ses enseignants.

Handicaps invisibles

« La méconnaissance des différentes formes de handicaps invisibles fait que les enseignants se détournent des étudiants concernés », constate Elsa Géroult, responsable handicap de Science-Po. Mieux comprendre les troubles dont souffrent certains étudiants et adapter les supports de cours à leurs capacités cognitives est essentiel. « Dix enseignants de Sciences-Po Paris se sont portés volontaires pour modifier leurs supports. Par exemple, l’un d’eux a fourni à tous ses étudiants trois cartes géographiques au lieu d’une, ce qui permet de les rendre plus lisibles et d’avoir moins d’informations cumulées. Finalement, l’impact s’est révélé très positif, non seulement pour les étudiants concernés par un handicap mais aussi pour l’ensemble des étudiants », précise Elsa Géroult.

Guide de bonnes pratiques

Le Guide d’accompagnement et de pédagogie innovante handicaps cognitifs et psychiques. Vers une meilleure accessibilité dans l’enseignement supérieur qui recense les bonnes pratiques a été confié dès 2016 aux enseignants de Sciences-Po. Grâce au partenariat avec l’Agefiph et le FIPHFP, Sciences-Po va plus loin dans la diffusion de son travail sur les handicaps invisibles. Ainsi, 560 professionnels de la formation, formateurs en CFA, formateurs pour adultes, formateurs de Cap emploi ont été conviés un peu partout en France à des formations d’une journée sur les handicaps invisibles. « Nous souhaitons également essaimer le résultat de ces recherches et expérimentations auprès de l’ensemble des universités », ajoute Marc Desjardins, directeur du FIPHFP.

Dans le même esprit, une web série de 10 vidéos permettant de sensibiliser à ces handicaps sera mise en ligne en janvier 2018 sur le blog du Pôle Handicap de Sciences Po et accessible à tous. Sur ce même blog, un espace « ressources » permettra aussi d’accéder à l’ensemble des productions et des initiatives prises par le Pôle Handicap de l’Institut d’études politiques.

Notes   [ + ]

1. Association de gestion du fonds pour l’insertion des personnes handicapées
2. Fonds pour l’insertion des personnes handicapées dans la fonction publique

Centre Inffo vous conseille également