creation_entreprise.jpg

Une nouvelle formation pour les créateurs d’entreprise en Grand Est

Le dispositif Be Est Entreprendre de la région Grand Est propose aux créateurs et repreneurs d’entreprise des solutions de financement, d’accompagnement et de formation.

Rédigé par . Publié le 26 juin 2018. Mis à jour le 11 mars 2019.

La région Grand Est a formulé une offre en direction des entrepreneurs, en partant des dispositifs qui existaient dans les trois anciennes régions. Be Est Entreprendre a ainsi été lancée en début d’année. Dans le détail, elle se décline en hashtags : #Parcours, #Financement et #Formation. Le volet formation est composé de cinq modules. Le premier, « Initiation à la gestion d’entreprise » d’une durée de 50 heures, est obligatoire. Les quatre autres sont optionnels. Ils permettent de se former aux techniques de gestion, à la bureautique et aux TIC, aux ressources humaines appliquées aux TPE ou encore de se spécialiser dans l’économie sociale et solidaire. Certains modules peuvent être suivis à distance.

Les bénéficiaires de ses formations gratuites sont les lauréats des deux autres dispositifs : #Parcours pour les projets de moins de 20 000 euros, portés par des demandeurs d’emploi de plus de six mois, bénéficiaires des minima sociaux ou les moins de 29 ans. Et #Financement, qui s’adresse à tous créateurs et repreneurs d’entreprise (demandeurs d’emploi, salariés, …) résidant dans le Grand Est avec un projet supérieur à 20 000 euros. Les formations sont assurées dans les douze territoires par des acteurs comme les CCI, Euroformation, le Gréta, l’Afpa ou la chambre régionale de l’économie sociale et solidaire (Cress), qui ont été sélectionnés à l’issue d’un marché public.

Créer de nouveaux réseaux

L’offre a démarré au printemps pour les bénéficiaires. « Dès qu’il y a un groupe minimum de cinq personnes, une formation est lancée. Entre mars et juin, nous avons réuni tous les acteurs des différents territoires pour qu’ils apprennent à se connaître et créent une homogénéité de l’offre destinée aux créateurs d’entreprise », explique Catherine Zuber, conseillère régionale du Grand Est déléguée à l’économie sociale et solidaire, à la vie associative et à la création-reprise d’entreprise. Car l’enjeu est aussi de connecter les opérateurs de la nouvelle région. « L’idéal serait qu’un créateur d’entreprise frappe par exemple à la porte de l’Adie [ 1 ]L’Association pour le droit à l’initiative économique accorde des microcrédits., ou de la chambre de métiers et de l’artisanat, et soit tout de suite redirigé vers le bon interlocuteur en fonction de l’état d’avancement de son projet, de ses besoins en financement, en formation, etc. Nous ne pouvons pas créer de porte d’entrée unique, il faut donc que les interlocuteurs se connaissent pour faciliter le parcours de la création d’entreprise », complète Catherine Zuber. Pour 2018, la Région Grand Est ambitionne de former 1 000 personnes à la création-reprise d’entreprise.

Notes   [ + ]

1. L’Association pour le droit à l’initiative économique accorde des microcrédits.

Centre Inffo vous conseille également