Accueil > A la une > Actualités 2016 > Carine Chevrier, déléguée générale à l’emploi et à la (...)

Carine Chevrier, déléguée générale à l’emploi et à la formation professionnelle, en clôture de la 14e université d’hiver

« État, Régions, organisations patronales et syndicales, c’est bien à travers ces quatre légitimités que se construit la politique formation. La loi du 5 mars 2014 a confirmé la dynamique quadripartite, et c’est bien dans cette gouvernance que nous construisons notre politique. Car ces quatre mousquetaires partagent les enjeux de gouvernance de la formation », a observé Carine Chevrier, la nouvelle déléguée générale à l’emploi et à la formation professionnelle, en clôture de la 14ème Université de la formation professionnelle, qui s’est tenue du 27 au 29 janvier à Biarritz.

Carine Chevrier a rappelé les engagements prioritaires pour 2016 : le plan d’urgence pour l’emploi, à destination des demandeurs d’emploi, « dont l’accès à la formation professionnelle reste insuffisant ». « L’objectif est de mettre en œuvre 500 000 formations supplémentaires. Ce qui portera à 1 million le nombre de formations pour les demandeurs d’emploi. Ce plan est sans précédent par son ampleur et son financement, il vise une réponse structurelle pour chômeurs ayant un niveau bac et inférieur. Une partie d’entre eux a besoin de formations de courte durée, tandis que d’autres doivent passer par des formations plus lourdes », a estimé Carine Chevrier.

« Nous préparons l’avenir pour adapter les salariés aux qualifications et métiers de demain. Que ce soit le numérique ou les métiers traditionnels, qui évoluent eux-mêmes, ou les métiers de la croissance verte. Il s’agit d’un investissement social, humain, économique, en faveur d’un accès à des emplois de qualité. Cela s’appuie sur un travail collectif, d’identification des besoins, en mobilisant des acteurs dans les territoires et au niveau national », a poursuivi la déléguée. Ce qui implique que l’appareil de formation puisse répondre à ce défi, au profit d’une adaptation en termes de qualifications, de formations individuelles, collectives, comme les préparations opérationnelles à l’emploi, ou mobiliser la VAE, et l’aide à la création d’entreprise. Au-delà de cette priorité, l’année 2016 sera une année de déploiement de la loi du 5 mars 2014 avec le compte personnel de formation et le conseil en évolution professionnelle, qui s’adressent tant aux demandeurs d’emploi qu’aux salariés. « C’est impressionnant comme les outils ont été installés en si peu de temps. Il faut poursuivre le déploiement de cette réforme majeure, au profit d’une formation innovante et de qualité. S’agissant du CPF, je salue sa courbe ascensionnelle, avec 210 000 comptes validés en janvier, 2 millions ouverts, et 12 000 formations proposées », a détaillé Carine Chevrier. La déléguée générale a également célébré la naissance le 21 janvier de CléaA, la certification visant l’acquisition d’un socle de connaissances et de compétences professionnelles.

Le compte personnel d’activité sera inscrit dans le projet de loi porté par Myriam El Khomri au cours du printemps. « Un compte qui permet l’exercice des droits des salariés dans des parcours heurtés », a résumé Carine Chevrier. S’agissant du CEP, la mobilisation du dispositif -au travers de ses cinq opérateurs- se poursuivra avec les entretiens professionnels, qui deviendront réalité en mars 2016. « Nous soutenons la communauté d’échanges et de pratiques sur le CEP mise en place par Centre Inffo, les Carif et l’Université ouverte des compétences », a expliqué la déléguée.

Carine Chevrier a ensuite évoqué l’enjeu plus structurel de la qualité, qui a fait l’objet d’un décret publié à l’été 2015. « Ce texte d’application fait suite au travail approfondi avec le Cnefop, en ligne avec les autres acteurs, de manière à garantir la lisibilité de l’offre de formation », a relevé la déléguée .

Au-delà la réforme de mars 2014, l’accent doit être mis sur l’apprentissage, dont la courbe est « en progression », selon Carine Chevrier. « Ce qui montre que la mobilisation est possible. Dans cet esprit, nous ouvrons des titres professionnels du ministère du Travail à l’apprentissage. Il faut d’ailleurs identifier ces titres au plus vite afin de les rendre accessibles apprentissage. »

David Garcia

Mis en ligne le 1er février 2016

Portfolio

Publicité
Cegos
SGS