Une épreuve pour valider les acquis en mobilité des apprenants de la voie professionnelle

Une épreuve facultative permet désormais aux apprenants de la voie professionnelle de bénéficier d’une reconnaissance certificative de leurs acquis en mobilité.

Par - Le 20 novembre 2019.

Sous condition de réussite, les apprenants de la voie professionnelle vont désormais bénéficier de points supplémentaires pour le diplôme qu’ils préparent, et recevront une attestation « MobilitéPro ».

Une « unité facultative de mobilité »

Cette épreuve et attestation, composant une « unité facultative de mobilité », concernent les diplômes du baccalauréat professionnel, du certificat d’aptitude professionnelle, du brevet professionnel et du brevet des métiers d’art. Tous les lycéens de la voie professionnelle et apprentis préparant ces diplômes et qui partent pour une période de formation à l’étranger, en Europe ou ailleurs, pourront en bénéficier dès la prochaine session d’examen 2020.

Compétences évaluées

Le référentiel de l’épreuve évalue deux types de compétences : celles liées à la découverte d’un contexte professionnel étranger, et celles portant plus largement sur la découverte d’un nouvel environnement culturel. La première partie de l’épreuve doit être organisé dans le pays d’accueil, par l’entreprise ou le centre de formation, à l’issue de la période de mobilité. La seconde partie se déroule en France, au plus tard 3 mois après le retour du jeune.

L’épreuve ne comporte pas d’évaluation de compétences linguistiques, la rendant ainsi plus accessible à des jeunes moins performants en langue étrangère.

Une généralisation suite à une expérimentation réussie

La généralisation de l’unité facultative de mobilité fait suite à une première phase d’expérimentation, qui a rencontré un vif succès, en passant de 4 000 candidats lors de la session 2015 à près de 8 000 l’an dernier.

Plus d’informations :

par Euroguidance France, 2019

Réalisé avec le soutien de la Commission européenne dans le cadre du programme Euroguidance. Son contenu n’engage que son auteur, la Commission européenne n’est pas responsable de l’usage qui pourrait être fait des informations qui y sont contenues.
Logo Euroguidance Cette page bénéficie d’un financement de la Commission européenne dans le cadre du réseau Euroguidance

Centre Inffo vous conseille également