Nouailles

Rédigé par . Publié le 01 mars 2006. Mis à jour le 11 mars 2019.

C’est après une année sabbatique qu’Antonin Nouailles, président de l’Université de Limoges, a été pressenti pour occuper ce poste. Depuis le 1er mars, il exerce donc le rôle de “support fonctionnel”, dont les maîtres mots sont contact et proximité.

Le directeur général adjoint gère tous les dossiers des secteurs concernés qui, au fil des différents conseils et commissions, seront présentés à la décision des élus. Il se doit d’entretenir des relations de confiance avec tous les élus”, souligne-t-il.

Ce qui m’intéresse, c’est de continuer à mettre en relation les personnes et les structures pour qu’au final nous ayons une offre de formation la plus pertinente possible sur l’ensemble des secteurs et des territoires du Limousin.

Ingénieur en génie civil, Antonin Nouailles a tout d’abord été chercheur-enseignant à l’IUT de Limoges, avant d’en devenir le directeur adjoint, puis le directeur en 1992. Il y a développé des partenariats avec les entreprises, interlocuteurs privilégiés des IUT. Il s’agissait “de placer les jeunes, de trouver des stages, de faire en sorte que les professionnels viennent faire des cours, etc.”.

Ses missions au sein du Conseil régional sont “plus larges” : formation professionnelle, apprentissage, enseignement secondaire et supérieur, mais aussi la recherche, la culture et le sport. “La volonté de la Région est de regrouper toutes ses actions dans un seul cadre : les politiques de formation.

Beaucoup de dossiers à traiter donc, parmi lesquels celui des formations sanitaires et sociales, “où l’on voit déjà apparaître des particularités”. En effet, “les écoles sont intégrées dans les hôpitaux et les budgets sont imbriqués”. Un véritable casse-tête pour analyser et surtout assurer au minimum la continuité financière.

Il va s’agir pour la Région d’avoir les moyens de continuer au moins ce qui se faisait déjà, et de se donner les moyens d’aller encore plus loin.

Ce dossier, comme d’autres, sera au cœur de l’évolution du PRDF, puisque la Région a “la volonté de faire en sorte que toutes les filières soient, le plus possible, performantes et porteuses d’emplois”.

Sandrine Zadunayski

Centre Inffo vous conseille également