En cas d’élection à la présidence de la République, Benoît Hamon conserverait le CPA et la Garantie jeunes

Candidat de la «~société post-croissance~», à la primaire de la gauche, le député des Yvelines souhaite la création d’un «~Observatoire des métiers de demain~» permettant d’anticiper les futurs besoins en formation de l’économie. De la Loi El Khomri qu’il entend abroger, il conserverait néanmoins le CPA et la Garantie jeunes et explique comment les articuler avec son projet-phare, le revenu universel.

Article réservé à nos abonnés.

Par - Le 16 janvier 2017.

Il a levé le doute à l’occasion de son grand oral devant l’Association des journalistes de l’information sociale (Ajis) le 13 janvier. Non, Benoît Hamon, l’homme du «~revenu universel~» n’ambitionne pas d’être «~le candidat de la société post-travail~». En revanche, il assume parfaitement d’endosser les habits de celui de la «~société post-croissance~» qui verra le travail se raréfier. «~Je me base sur les différentes études sur le numérique au travail publiées par l’Université d’Oxford, l’OCDE ou, plus récemment, le conseil d’orientation de Pôle emploi qui attestent qu’à minima, 10~% des emplois sont directement menacés par la numérisation et la robotisation…

— La suite est réservée aux abonnés —

Centre Inffo vous conseille également

Afnor