Martin

Rédigé par . Publié le 01 mai 2005. Mis à jour le 11 mars 2019.

Catherine Martin, directrice adjointe des relations sociales du Medef, en charge de l’emploi, a été élue à la présidence de l’Apec (Association pour l’emploi des cadres) le 6 juin dernier. Elle succède, pour une durée de deux ans, à Jean-Louis Walter, secrétaire général de la CFE-CGC, dans le cadre de l’alternance patronat-syndicats.

“Depuis sa création par les partenaires sociaux en 1966, l’Apec se mobilise pour que l’offre et la demande de compétences se rencontrent sur le marché de l’emploi cadre, et pour que ce marché soit le plus fluide et le plus transparent possible”, rappelle Catherine Martin. “Cette mission reste le travail quotidien des 870 salariés de l’Apec. En qualité de présidente, je vais veiller à ce que toutes nos actions s’inscrivent dans cette démarche. Insuffler une véritable dynamique en prise directe avec les évolutions du marché, être à l‘écoute des attentes des cadres et de leurs problématiques spécifiques, répondre aux besoins des entreprises, notamment en matière de recrutement, s’affirment comme des priorités absolues pour nous.”

Les grandes orientations fixées par le conseil d’administration de l’Apec pour 2005 s’articulent autour de trois axes principaux. Le conseil aux cadres en activité pour qui “la formation est un outil au service d’un objectif”.

“Nous les amenons, notamment à travers l’accompagnent personnalisé assuré par les consultants de l’Apec, à se poser les questions pertinentes : Quel bilan tirer de mon parcours ? Quel est mon projet ? Que dois-je mettre en œuvre ?”. Le conseil aux entreprises vise à leur fournir “des outils adaptés pour conduire leur politique de recrutement et gérer la carrière de leurs ressources humaines (rédaction et diffusion des offres d’emploi ; formation de leurs recruteurs ; accompagnement de la mobilité interne : entretien d’orientation, entretien annuel, bilan de compétences, prise de poste…)”. “La formation des cadres est un moyen au service des objectifs de développement des entreprises comme elle est un moyen au service de la construction d’un parcours professionnel réussi par les cadres eux-mêmes”, souligne Catherine Martin.

Enfin, le troisième axe est le conseil aux cadres en recherche d’emploi. “En 2004, l’ANPE nous a confié 37 000 personnes dans le cadre de la mise en œuvre du Pare (avec le Pap, projet d’action personnalisé). Nous mettons tout en œuvre pour permettre à ces cadres de reprendre rapidement leur activité sur le marché”. “En d’autres termes, notre objectif principal pour 2005 est que le taux de retour à l’emploi continue d’augmenter de façon significative. Actuellement, 40% des demandeurs d’emploi cadres accompagnés par l’Apec retrouvent un emploi en six mois et 60% dans les douze mois”.

A propos de la loi du 4 mai 2004 sur la formation, Catherine Martin considère qu’elle “constitue une véritable opportunité pour les cadres et les entreprises : actualiser ou développer ses compétences, répondre aux évolutions du marché de l’emploi et s’adapter aux nouvelles contraintes économiques sont plus que jamais les règles du jeu qu’ils doivent intégrer”. “La mise en application de cette loi est complexe et passe sans doute par une démarche d’appropriation par les entreprises et par les cadres”.

Philippe Grandin

Centre Inffo vous conseille également