« Faire de la formation un objet de négociation dans la filière professionnelle » (Anousheh Karvar, rencontre UODC)

«~Il y a un intérêt économique et social à former sur des métiers d’avenir. Si certains secteurs et branches sont actifs, le travail autour des transitions numériques et technologiques fait défaut au niveau de la filière – au sein de laquelle différents secteurs sont imbriqués~», déclare Anousheh Karvar, coordinatrice du pôle social pour La République en marche!, par ailleurs inspectrice Igas [[Inspection générale des affaires sociales]] et ancienne directrice-adjointe du cabinet de l’ex-ministre du Travail Myriam El Khomri. Elle s’exprimait aux côtés de Sandra Enlart, directrice générale d’Entreprise&Personnel, dans le cadre d’une rencontre organisée par l’UODC (Université ouverte des compétences) le 30 mai 2017 sur le thème Formation professionnelle : que faut-il changer ?

Article réservé à nos abonnés.

Par - Le 01 juin 2017.

Alors que le nouveau président de la République, Emmanuel Macron, a annoncé, durant la campagne présidentielle vouloir lancer un plan de 50 milliards d’euros d'investissement, dont 15 milliards seraient consacrés aux compétences et à la formation professionnelle des Français (voir notre article), les intervenantes détaillent les pistes qui, selon elles, doivent contribuer à rendre le système plus performant. Que faut-il apprendre, et comment ? Selon Sandra Enlart, cela «~ne sert à rien de mettre plus d'argent sans rien changer à un système qui ne marche pas~». S'inscrivant en faux contre une vision de la formation comme «~solution miracle qui permettrait…

— La suite est réservée aux abonnés —

Centre Inffo vous conseille également

Découvrez nos newsletters