Asseraf

Par - Le 01 janvier 2005.

Certification professionnelle
George Asseraf est nommé président de la CNCP

George Asseraf, inspecteur général de l’administration de l’Éducation nationale, a pris le 25 avril dernier ses fonctions de président de la Commission nationale de la certification professionnelle (CNCP), qui lui ont été confiées par un décret du 22 avril 2005.

George Asseraf affirme avoir “reçu l’assurance que le Premier ministre souhaite que cette structure fonctionne, et qu’elle fonctionne bien”. Il s’agit, précise-t-il, “d’un engagement fort du gouvernement qui veut donner une nouvelle impulsion à la Commission”.

Parmi ses premiers objectifs, il affiche la volonté de “mieux articuler et de faire travailler ensemble les acteurs de ce champ, et notamment de l’Éducation nationale et du ministère de l’Emploi”.

Dans ce domaine, son parcours professionnel constitue un atout sur lequel George Asseraf compte s’appuyer pour ses nouvelles fonctions : inspecteur général au ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, il a aussi exercé des responsabilités au secrétariat général du Comité interministériel pour les affaires économiques européennes (SGCI), à la DGEFP, au ministère du Travail et à celui de l’Économie. Par ailleurs, il a occupé différents postes à l’ANPE, ou encore au Commissariat général du Plan.

L’hypothèse de faire dé-pendre la Commission du ministère de l’Emploi, alors que, jusqu’ici, elle était rattachée au Premier ministre, a été l’une des raisons du départ du président précédent, Bernard Descomps. Sur ce point, le nouveau président ne se prononce pas encore sur ce qu’il adviendra, mais il assure “qu’il faut dissocier le rattachement de la CNCP à un ministère et son caractère interministériel”, que la CNCP gardera en tout état de cause.

Sur les moyens de la Commis-sion, il pense qu’ils seront à
la hauteur de l’engagement politique. Quant au prochain déménagement de la CNCP à Saint-Denis, George Asseraf avoue n’avoir encore de précisions ni sur leur surface ni
sur le calendrier.

Autres points sur lesquels George Asseraf veut avancer : “développer une meilleure articulation des travaux entre l’ensemble des autres acteurs de la certification, éviter le cloisonnement des champs d’intervention pour arriver à formuler des positions partagées par toutes les parties prenantes”. Il souhaite aussi renforcer la lisibilité de l’offre nationale de certification “au sein d’un schéma national inscrit dans un cadre européen”, car il considère que “l’attractivité de l’offre française est étroitement liée certes à sa qualité, mais aussi à sa lisibilité”.

“Le RNCP a déjà réalisé des avancées importantes, mais de nombreuses certifications en sont encore absentes”, note-t-il. Il faut, ajoute-t-il, “restructurer le champ des certifications dans un cadre où les passerelles entre les différentes formes de titres soient facilitées, et ceci dans une perspective de clarification nationale et aussi européenne”. Il précise que “la CNCP peut jouer là un rôle de proposition et d’impulsion pour la construction même de ce cadre européen”.

Patricia Gautier-Moulin

1 – Arrêté du 22 avril 2005 portant cessation de fonctions et
nomination du président de la Commission nationale de la certification professionnelle, publié au Journal officiel du 24 avril.

Centre Inffo vous conseille également

Découvrez nos newsletters