shutterstock_135364463.jpg

L’insertion professionnelle dans la branche des services de l’automobile dopée par les CQP

Rédigé par . Publié le 17 février 2015. Mis à jour le 12 mars 2019.

Les contrats de professionnalisation dans la branche des services automobiles offrent une meilleure insertion professionnelle comparée à de nombreuses autres branches, principalement parce que près de 53 % des contrats débouchent sur un certificat de qualification professionnelle.

La branche des services automobiles peut s’enorgueillir de la performance de ses contrats de professionnalisation, surtout ceux qui permettent d’obtenir un CQP. Tel est l’enseignement de l’enquête menée par l’observatoire de l’Association nationale pour la formation automobile (ANFA) portant sur l’insertion professionnelle de 1 122 contrats financés par l’Opca.

Extension de l’enquête quantitative d’envergure nationale, destinée à mesurer l’efficacité et le rôle du contrat de professionnalisation dans l’insertion dans l’emploi, diligentée par Fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels (FPSPP), l’enquête de l’ANFA a été menée afin de vérifier l’insertion professionnelle des contrats de professionnalisation dans la branche des services automobiles.

Ces contrats permettent un taux de réussite élevé (87 %), contre 82 % tous diplômes confondus. Et ils favorisent l’insertion professionnelle : six mois après avoir quitté la formation, 69 % des contrats de professionnalisation sont en emploi, et le taux grimpe à 85 % pour les CQP ! Surtout, 83 % des personnes ayant suivi un CQP sont en CDI, contre 80 % pour l’ensemble des contrats de professionnalisation de la branche. Un taux très élevé, au regard de 68 % pour les autres branches professionnelles.

Ils sont facteurs de fidélisation : 68 % des personnes en emploi sont embauchées dans l’entreprise formatrice, soit un taux légèrement supérieur à celui de l’ensemble des branches professionnelles (63 %) et une nouvelle fois, c’est le taux des CQP (73 %) qui permet à l’ensemble des contrats de professionnalisation de la branche de se maintenir à ce bon niveau. L’enquête note que l’offre de CQP est riche et semble bien répondre aux situations des entreprises. Ainsi, dans plus de la moitié des cas, celles-ci sont trouvées avant l’organisme de formation, ce qui laisse supposer que c’est l’entreprise qui incite à la poursuite de formation d’un apprenti en favorisant la mise en œuvre de CQP.

Logiquement, la satisfaction vis-à-vis de l’accompagnement de l’entreprise et de l’organisme de formation est particulièrement grande pour les jeunes issus de CQP. Elle est due à l’adéquation du dispositif : 79 % des jeunes déclarent avoir trouvé un emploi correspondant tout à fait à la formation suivie, contre 56 % des jeunes ayant choisi les diplômes et titres.

Centre Inffo vous conseille également