diverse_people_with_different_jobs_credit_rawpixel.jpg

Comment faire “fructifier” le capital compétences de l’entreprise

Par - Le 09 octobre 2014.

Et si la formation des collaborateurs des entreprises s’appuyait… sur les collaborateurs eux-mêmes ? Une idée qui a fait sens lors de la 28e édition du congrès HR qui se tenait le 8 octobre au Pré Catelan à Paris.

Plusieurs responsables de ressources humaines de grands groupes se sont succédé toute la journée à la tribune pour livrer des initiatives innovantes déployées en interne. Et le point commun parmi elles, c’est la “fructification” du capital de l’entreprise pour former les salariés. “La tendance lourde est à l’utilisation du capital de compétence endogène et la “désintermédiarisation” du système de formation” commente Thierry Curiale, directeur marketing, e-education et Mooc [ 1 ]Massive open online course, formation en ligne ouverte à tous. au sein du groupe Orange.

Les managers mobilisés

Chez Lafarge, groupe français de matériaux de construction, Véronique de Corberon a mis sur pied une approche stratégique pour permettre aux salariés de l’entreprise, plus spécifiquement aux cadres et aux commerciaux, d’acquérir des compétences pratiques.

Plutôt que de s’appuyer sur des formations présentielles, elle a eu l’idée de mobiliser les managers pour encadrer les apprenants dans un apprentissage inscrit dans le concret. “L’initiative On-the-job a pour objectif un développement durable des compétences. Nous avons travaillé sur des référentiels de compétences techniques et comportementales simples pour créer un catalogue d’activités d’apprentissage. Les salariés sollicitent alors leurs supérieurs hiérarchiques pour se préparer en amont et pour débriefer en aval.”

Afin de ne pas tomber dans des écueils, la vice présidente du pôle “Learning and development Innovation and performance” de Lafarge University prône la co-création et le pragmatisme. “On a toujours tendance à faire compliqué quand on peut faire simple. Notre but était d’éviter l’usine à gaz.” D’après une enquête déclarative citée par cette dernière, 25 % des collaborateurs seraient déjà partants.

Un Mooc d’entreprise pour rationaliser les coûts

Capitaliser sur l’interne permettrait aussi de rationaliser les coûts. C’est en tout cas l’avis de Benoit Vaillant, consultant en formation chez Alcatel Lucent University. “Voici trois ans, nous avons engagé une réforme de la fonction de chef de produit. Le problème, c’est que nous manquions d’argent pour financer une formation présentielle aux 900 chefs de produit de l’entreprise répartis sur trois continents.” Le consultant s’est alors appuyé sur les connaissances internes, ainsi que sur le numérique pour fabriquer un Mooc. “Nous avons constitué une bibliothèque de ressources de formations mise à la disposition des collaborateurs. Celle-ci a rapidement évolué vers un Mooc plus structuré, composé de quizz, d’intervention d’experts, d’exercices pratiques, tout cela orchestré en plusieurs niveaux de difficulté.” Un petit succès aujourd’hui, car le cours en ligne compte 250 chefs de produit inscrits sur les 900 visés.

Notes   [ + ]

1. Massive open online course, formation en ligne ouverte à tous.

Centre Inffo vous conseille également

Découvrez nos newsletters