La réforme de la formation impacte sensiblement les organismes de formation (Aurélie Maurize, Centre Inffo)

Par - Le 25 avril 2018.

« Les impacts de la réforme sur les organismes de formation seront nombreux », a expliqué Aurélie Maurize, juriste-consultante à Centre Inffo. Elle animait avec Loïc Lebigre, consultant également à Centre Inffo, une webconférence sur les axes forts de la réforme de la formation professionnelle à venir, le 11 avril dernier.

Très représentés parmi les 3 200 inscrits à la conférence, les organismes de formation s’inquiètent de leur sort. Selon la juriste, ils seront d’abord concernés par la certification unique. Le gouvernement a constaté que le système qualité était multiforme et peu lisible avec 49 certifications ou labels, et autant de procédures qualité que le certificateurs, indique Aurélie Maurize. « L’idée est d’avoir une certification unique et obligatoire. Au 1er janvier 2021, tous les organismes de formation devront être certifiés », explique-t-elle. « France compétences [ 1 ]Nouvelle instance qui doit remplacer le Cnefop (Conseil national de l’emploi, de la formation et de l’orientation professionnelles), le Copanef (Comité paritaire interprofessionnel national pour l’emploi et la formation professionnelle) et le FPSPP (Fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels). sera chargée de rédiger un référentiel national et la nouveauté est que les certificateurs devront être accrédités par le Cofrac [ 2 ]Comité français d’accréditation. ». Toutefois, un OF n’a besoin d’être certifié que pour accéder à des financements publics et mutualisés, pointe la juriste.

Des questions demeurent : « Quelles seront les conditions de certification des OF par France compétences ? », demande l’un d’entre eux sur le chat. « Quid du Datadock [ 3 ]Base de données partagée par la majorité des Opca et des Opacif, qui certifie le respect par les organismes enregistrés des vingt et un indicateurs définis à partir des six critères qualitatifs figurant dans le décret qualité, il paraît qu’il disparaît ? Tout ça pour rien ? », demande un autre. Il est prématuré d’apporter des éléments de réponse, prévient Loïc Lebigre. La seule chose actée est la certification unique, « mais il est impossible de savoir, à ce stade, comment elle s’articulera avec les certifications existantes, ou si elle s’appuiera sur un Datadock rénové ou support ».

Action de formation élargie

Deuxième impact de taille : le gouvernement veut une action de formation « élargie, rénovée, plus ouverte ». « J’ai eu beau chercher dans le projet de loi, je ne vois rien concernant l’innovation dans la nouvelle définition de l’action de formation. Introduction de la Fest mais rien pour le reste ! », commente un participant. Aurélie Maurize précise qu’elle va intégrer le bilan de compétences, la VAE, mais aussi des actions de formation « innovantes », comme les Mooc [ 4 ]Massive Online Open Course, cours en ligne ouvert à tous., le Digital Learning [ 5 ]Contenus de formation qui incluent le numérique. ainsi que la formation en situation de travail (Fest) : « l’intention est de libérer l’innovation pédagogique » telle qu’évoquée par Muriel Pénicaud lors de la présentation de l’avant-projet de loi le 6 avril, indique l’intervenante.

Logique de résultat

L’offre de formation va aussi considérablement changer, ajoute-t-elle « car on va passer d’une logique d’heure de formation à une logique de résultat ». Au-delà d’une nouvelle stratégie commerciale ou marketing, Aurélie Maurize prévoit que les OF devront construire une nouvelle offre liée à la modularisation « et raisonner en termes de forfait ou d’abondement ». Les OF font face à de nouveaux marchés, à commencer par celui du compte personnel de formation monétisé, en lien direct avec l’individu, puisque le marché est « désintermédié », au marché de l’alternance qui ne passe plus par une autorisation administrative et celui des TPE-PME qui reste, lui, « intermédié » par les organismes appelés à remplacer les Opca : les opérateurs de compétences.

Notes   [ + ]

1. Nouvelle instance qui doit remplacer le Cnefop (Conseil national de l’emploi, de la formation et de l’orientation professionnelles), le Copanef (Comité paritaire interprofessionnel national pour l’emploi et la formation professionnelle) et le FPSPP (Fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels).
2. Comité français d’accréditation.
3. Base de données partagée par la majorité des Opca et des Opacif, qui certifie le respect par les organismes enregistrés des vingt et un indicateurs définis à partir des six critères qualitatifs figurant dans le décret qualité
4. Massive Online Open Course, cours en ligne ouvert à tous.
5. Contenus de formation qui incluent le numérique.

Centre Inffo vous conseille également

Publicité
Keytoform